Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Macron défend Darmanin face à la "démocratie d'opinion"
Reuters14/07/2020 à 15:21

PARIS, 14 juillet (Reuters) - Emmanuel Macron a dit mardi respecter la "colère" des féministes tout en défendant le principe de présomption d'innocence concernant le cas particulier du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, visé par une plainte pour viol.

Les défenseurs des droits des femmes ont fustigé sur les réseaux sociaux et lors de manifestations la nomination du ministre de 37 ans, qui fait l'objet d'une enquête relancée mi-juin à la demande de la cour d'appel de Paris.

Lors d'une interview à l'occasion du 14-Juillet, le président de la République a dit avoir abordé le sujet "d'homme à homme" sur "la réalité de ces faits et ses suites" avec Gérald Darmanin avant sa nomination au ministère de l'Intérieur.

"Je respecte toujours l'émoi et la colère des causes justes et donc la cause féministe, je la partage, j'en ai fait un fil rouge de ce quinquennat", a dit Emmanuel Macron, affirmant qu'il cèderait "rien" dans la lutte contre les violences faites aux femmes et pour l'égalité réelle entre femmes et hommes.

Se posant aussi en "garant de la présomption d'innocence", le chef de l'Etat a appelé la démocratie française à "ne pas céder à une émotion constante".

"Si à partir du moment où quelqu'un est accusé, n'est pas jugé, il devient en quelque sorte la victime d'un jugement de rue ou de réseaux sociaux, parce qu'il y a une émotion - et je peux comprendre cette émotion parce que je partage la cause -, alors s'impose le choix politique et démocratique, de dire 'celui-ci ou celle-là ne peut pas avoir de responsabilité politique', notre démocratie change de nature, elle devient une démocratie d'opinion", a poursuivi Emmanuel Macron.

"Pour la France je veux le meilleur de notre pays, je ne veux pas le pire des société anglo-saxonnes", a ajouté le président. "Aussi vrai que je crois à la force des causes justes, je pense qu'aucune cause n'est défendue justement si on le fait en bafouant les principes fondamentaux de notre démocratie".

(Elizabeth Pineau, édité par Bertrand Boucey)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

4889.52 +0.09%
1.17885 0.00%
3.6 +1.12%
32.795 -0.76%
44.65 -1.04%

Les Risques en Bourse

Fermer