1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

M&G Investments : la bulle obligataire affiche une ressemblance troublante avec celle du Nasdaq
AOF01/10/2019 à 16:42

(AOF) - « Nous vivons dans une bulle obligataire, qui affiche une ressemblance assez troublante avec celle du Nasdaq dans les années 1998-2000» avertit Christophe Machu, gérant chez M&G Investments. A l'occasion de la présentation des perspectives du fonds M&G (Lux) Dynamic Allocation, celui-ci a mis en parallèle la courbe de l'indice technologique américain sur cette période et celle d'une obligation d'Etat allemande de 30 ans depuis 2018.

Pourquoi sommes nous dans cette situation ?

Le gestionnaire d'actifs met en cause le suivisme des investisseurs, capturé par l'abréviation anglais Fomo pour Fear or missing out. Les intervenants sur le marché ont peur de passer à côté d'un mouvement de hausse et investissent quelle que soit la qualité des fondamentaux.

Ce comportement s'est traduit par la création de deux importantes anomalies sur les marchés. Ainsi, sur le marché des emprunts d'Etat des pays développés, le marché " price " une absence d'inflation, une absence de croissance et des taux négatifs pendant 10, 20, 30 ans, selon Christophe Machu.

Juan Nevado, co-gérant du fonds M&G (Lux) Dynamic Allocation, rappelle que les investisseurs sont sûrs de perdre de l'argent si le Bund acheté aujourd'hui est conservé jusqu'à maturité.

Ils possèdent donc une position short en duration assez importante sur les obligations des pays développés, avec un accent mis sur les durations longues.

L'autre anomalie concerne le marché actions. " Les actions sont détenues pour le rendement et les obligations pour les plus-values. Une telle situation ne devrait pas arriver ", prévient Christophe Machu. Ce dernier rappelle que le rendement du dividende, aussi bien aux Etats-Unis qu'en Allemagne, est supérieur au rendement des emprunts d'Etat à 10 ans.

Le gérant fait remarquer que sur une telle durée, le surplus de rendement cumulé est substantiel, même dans l'hypothèse où les dividendes restent stables. Sur 10 ans, il est ainsi supérieur à plus de 40% pour plusieurs pays, dont la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne et le Royaume-Uni. Ce surplus de rendement cumulé est en revanche inférieur à 5% aux Etats-Unis. Le fonds M&G (Lux) Dynamic Allocation favorise donc les actions européennes.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer