1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Londres veut rallier Berlin et Paris à la mission maritime dans le Golfe
Reuters30/08/2019 à 05:12

    LONDRES, 30 août (Reuters) - Le ministre britannique des
Affaires étrangères, Dominic Raab, appellera à davantage de
soutien international à la mission de sécurisation des eaux du
Golfe destinée à protéger les navires marchands dans le détroit
d'Ormuz lorsqu'il s'entretiendra vendredi à Helsinki avec ses
homologues allemand et français.
    L'Iran a arraisonné en juillet un pétrolier britannique dans
le détroit d'Ormuz, semble-t-il en représailles à la saisie d'un
pétrolier iranien quinze jours plus tôt au large de Gibraltar
par les Royal Marines. Londres accusait le pétrolier iranien
Grace 1, rebaptisé depuis Adrian Darya 1, de transporter du
pétrole à destination de la Syrie en violation de sanctions
internationales.  
    La Grande-Bretagne a annoncé ce mois-ci qu'elle prendrait
part à la mission de protection maritime dans le Golfe menée par
les Etats-Unis, dans un contexte de tensions croissantes entre
Washington et Téhéran.  
    L'Allemagne et la France, soucieuses de préserver l'accord
sur le nucléaire iranien de 2015 (PAGC, ou JCPOA en anglais)
dont elles sont parties prenantes - de même que la
Grande-Bretagne -, ont refusé de se joindre à cette mission par
crainte d'un conflit ouvert avec l'Iran. 
    Il faut "le soutien international le plus vaste possible
pour répondre aux menaces contre le transport international dans
le détroit d'Ormuz", a déclaré Dominic Raab dans un communiqué
publié avant une réunion des ministres européens des Affaires
étrangères vendredi à Helsinki.
    La chancelière allemande Angela Merkel a dit qu'une
éventuelle mission maritime parallèle menée par les Européens
serait discutée dans la capitale finlandaise; son chef de la
diplomatie, Heiko Maas, avait cependant déclaré auparavant
qu'une telle mission serait compliquée à mettre en oeuvre.
    A Téhéran, le président iranien Hassan Rohani a prévenu la
semaine dernière que la sécurité des voies de navigation
internationales ne serait plus assurée de la même façon si les
sanctions américaines réduisaient les exportations de pétrole
iranien à zéro.  
    Dominic Raab a souligné dans le communiqué diffusé jeudi
l'attachement de Londres à l'accord de 2015 sur le nucléaire
iranien. "C'est le seul accord qui empêche l'Iran de se doter de
l'arme nucléaire et nous continuerons à travailler ensemble pour
encourager l'Iran à respecter l'ensemble des engagements pris",
a dit le secrétaire au Foreign Office. 
    Le président américain Donald Trump, qui a dénoncé en mai
dernier le PAGC, a indiqué lundi lors du sommet du G7 à Biarritz
(Pyrénées-Atlantiques) qu'il pourrait être disposé à rencontrer
son homologue iranien lors des prochaines semaines, dans un
signe apparent de détente avec Téhéran.   

 (David Milliken; Jean Terzian pour le service français)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer