Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

« Loi Macron sur l'activité : quels impacts possibles ? » par Christian Saint-Etienne (Cercle des économistes)

Boursorama01/12/2014 à 12:00

L'ouverture des professions réglementées apportera plus d'efficacité mais ne créera pas beaucoup d'emplois en net.

Le Ministre de l'économie, Emmanuel Macron, présentera son projet de loi dite « sur l'activité » dans quelques jours en Conseil des ministres. Selon Christian Saint-Etienne, si les mesures prévues peuvent être à la hauteur des enjeux, elles entraineront de profondes mutations qu'il conviendra d'accompagner.

L'objectif de la loi Macron est de relancer l'économie sans argent public en pariant sur la mise en concurrence des professions réglementées et en ouvrant les possibilités de travail le soir et le dimanche. On sait que la France est un des pays développés souffrant d'un des niveaux de réglementation anti-compétitive les plus élevés. La concurrence sert à enrichir l'offre de produits et services au moindre prix en favorisant l'innovation. Par exemple, Air France s'est endormie sous des couches de protection et ses salariés ne lui permettent pas de résister aux low costs.

Toutefois, les estimations de croissance parfois présentées à la suite d'un éventuel déverrouillage de l'économie sont trop fortes. Ouvrir les professions réglementées ne doit pas se faire au détriment de la sécurité. Les pharmacies ont été réglementées pour éviter les médicaments frelatés. Les notaires assurent la sécurité des transactions et le pourcentage des transactions notariées qui sont contestées est de l'ordre de trente fois moins en France que pour les transactions non notariées au Royaume-Uni.

C'est surtout la distribution et le commerce qu'il faut faire évoluer. La distribution alimentaire et produits associés est assurée par cinq groupements. Il faut faire évoluer ce système sans déstabiliser le commerce de centre-ville et sans réduire la pression à la baisse des prix.

La libération du transport en autocar ne semble avoir que des avantages mais il faut anticiper la fermeture de plusieurs milliers de kilomètres de voies ferrées non compétitives. Car si on s'oppose à ce mouvement, on fera exploser le coût du transport en train.

La liberté d'installation des notaires et des huissiers ne peut se faire en tolérant une baisse de la qualité de ce quasi service public. Il faut gagner en efficacité en baissant les marges sans réduire la sécurité des transactions. Il faut aussi comprendre que, paradoxalement, une ouverture de ces professions peut conduire à une concentration du secteur...

Au total, tout ce mouvement de libération est utile pour faire respirer le pays et renouveler l'offre compétitive, mais il faudra accepter les mutations associées, par exemple faire baisser le nombre de cheminots de 30 ou 40 000 alors que les services d'autocar pourraient créer de 60 à 70 000 emplois. On aura donc plus de flexibilité et un système plus efficace, mais on ne créera pas forcément beaucoup d'emplois en net, au moins dans un premier temps.

L'ouverture des marchés est souhaitable mais ce ne sera pas le remède miracle aux maux de la France surtout si l'on ne réforme pas la fiscalité et le droit social.

Christian Saint-Etienne

Christian Saint-Etienne est professeur titulaire de la Chaire Jean-Baptiste Say d'économie industrielle au Conservatoire national des Arts et Métiers, président de l'Institut France stratégie. Docteur d'Etat es Sciences économiques il a été économiste au FMI et à l'OCDE.

Ses principaux domaines d'expertise sont : Politique monétaire et financière ; finances publiques et fiscalité ; stratégie et compétitivité des Etats et des entreprises.

Le Cercle des économistes a été créé en 1992 avec pour objectif ambitieux de nourrir le débat économique. Grâce à la diversité des opinions de ses 30 membres, tous universitaires assurant ou ayant assuré des fonctions publiques ou privées, le Cercle des économistes est aujourd'hui un acteur reconnu du monde économique. Le succès de l'initiative repose sur une conviction commune : l'importance d'un débat ouvert, attentif aux faits et à la rigueur des analyses. Retrouvez tous les rendez-vous du Cercle des économistes sur leur site.

Mes listes

valeur

dernier

var.

3.57 0.00%
5640.85 +0.47%
25.3 +2.35%
11.8 -2.32%
4.121 -0.96%
119 +1.80%
3.13 +1.29%
1.287 -0.25%
4.03 +1.64%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.