1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Livraison de deux «Mistral» : la Russie met en garde la France
Le Parisien20/03/2014 à 18:34

Livraison de deux «Mistral» : la Russie met en garde la France

La Russie a averti jeudi la France qu'elle «fera valoir ses droits jusqu'au bout» en cas de rupture du contrat de livraison de deux navires militaires de type «Mistral» pour 1,2 milliard d'euros. Le vice-ministre russe de la Défense, Iouri Borissov, a lancé cette mise en garde au moment même où le ministre français de la Défense reportait à octobre cette décision difficile, envisagée en raison du rattachement de la péninsule ukrainienne de Crimée à la Russie, que les Occidentaux qualifient d'«annexion». Jeudi, l'UE en rétorsion a, par ailleurs, décidé d'annuler le sommet UE-Russie prévu en juin à Sotchi.

«En cas de rupture du contrat sur les Mistral, la partie russe fera valoir ses droits jusqu'au bout en vertu des accords passés, et exigera notamment la compensation de tous les préjudices qu'elle pourrait subir», a indiqué le vice-ministre. Il a rappelé que des pénalités étaient prévues dans le contrat passé en 2011 en cas de rupture du contrat. Il n'en a cependant pas cité le montant. «Nous n'en sommes pas là. J'espère que la partie française va tout de même peser le pour et le contre, et prendre la bonne décision», a-t-il poursuivi. Il a estimé que la rupture du contrat porterait atteinte à la réputation de la France «face à la communauté internationale».

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, venait de déclarer que l'éventuelle suspension de la vente de ces deux puissants navires porte-hélicoptères de projection et de commandement (BPC) serait décidée en octobre. C'est ce mois-là que  «la livraison du premier bâtiment a lieu, donc la question de la suspension se posera au mois d'octobre», a-t-il souligné. «A condition que ce soit dans un ensemble de mesures» qui pourraient être prises notamment au niveau européen, a ajouté le ministre.

Un des navires déjà construit...

Pour l'heure, le «Vladivostok», destiné à la flotte russe du Pacifique, est déjà construit ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

12 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • guyguy19
    01 avril16:42

    La France est aux ordres,pas le choix.Rien à opposer aux russes avec son porte-avion minable.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer