1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Libye-Haftar critique les "fanfaronnades" de Seraj
Reuters27/07/2017 à 15:49

    PARIS, 27 juillet (Reuters) - L'homme fort de l'est de la 
Libye, Khalifa Haftar, critique, dans un entretien à France 24, 
les "fanfaronnades" du Premier ministre libyen Fayaz Seraj, 
qu'il accuse de ne pas contrôler la capitale Tripoli et de ne 
posséder "que le verbe".  
    Ces propos, tenus au lendemain de l'adoption d'un accord 
entre les deux frères libyens perçu comme une avancée dans 
l'impasse politique dans laquelle est plongé le pays, illustre 
le chemin qui reste encore à parcourir avant de parvenir à une 
stabilisation politique et sécuritaire.  
    Le chef du gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par 
l'Onu "ne contrôle pas" Tripoli, estime Khalifa Haftar dans une 
interview diffusée mercredi soir, dans une allusion aux propos 
de Fayez Seraj assurant que la capitale était désormais "sûre".  
    "Il faut arrêter ces fanfaronnades inutiles", Fayez Seraj 
"est un ingénieur, il faut qu'il reste dans son domaine et 
s'éloigne de ces fanfaronnades. Il ne possède que le verbe", 
ajoute ce chef militaire, soutenu par l'Egypte et les Emirats 
arabes unis.  
    Longtemps accusé de bloquer le processus politique, Khalifa 
Haftar a gagné du crédit ces derniers mois sous l'effet de sa 
progression sur le terrain face aux groupes djihadistes.  
    Sa présence à la réunion qui s'est tenue mardi au château de 
la Celle-Saint-Cloud (Yvelines) en présence d'Emmanuel Macron et 
de l'émissaire spécial de l'Onu Ghassan Salamé, lui a permis 
d'accroître sa légitimité.   
    La déclaration adoptée à cette occasion entre les deux chefs 
libyens prévoit notamment la mise en place d'un cessez-le-feu, à 
l'exception de la lutte contre les groupes "terroristes", et la 
tenue dès que possible d'élections. Elle n'a toutefois pas été 
signée et n'inclut pas les autres acteurs du conflit.  
 
 (Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer