Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les voyagistes dénoncent la grève de trop à Air France

Reuters23/09/2014 à 18:14

LES VOYAGISTES DÉNONCENT LA GRÈVE DE TROP À AIR FRANCE

par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - L'impact du mouvement des pilotes d'Air France sur la compagnie risque d'être irrécupérable, juge le président du Syndicat national des agents de voyage (Snav), qui dénonce la "grève de trop" dans une interview accordée mardi à Reuters.

Cette grève entamée le 15 septembre contre un projet de développement de la filiale à bas coûts Transavia est la plus dure, pour Air France, depuis les années 1990.

"C'est une autoroute ouverte aux low-cost, notamment à easyJet", particulièrement pour les vols intérieurs, dit Jean-Pierre Mas. "Les Français qui veulent voyager en France en avion n'ont quasiment pas d'autre moyen qu'easyJet."

"Les clients d'Air France passés sur easyJet ne vont pas spontanément et nécessairement revenir chez Air France", ajoute-t-il. "Air France aura du mal à récupérer cette part de marché. Son image a pris un très mauvais coup et easyJet aura fidélisé les clients venus vers elle par hasard ou par nécessité."

Selon lui, les compagnies à bas coût ne représentaient jusqu'ici que 15% environ des billets émis par les agences de voyage en France mais leur part de marché ne cessait de progresser et la grève risque d'amplifier cette évolution.

"Les voyageurs d'affaires ou de loisirs qui organisent leurs voyages de novembre nous disent : 'Évitez Air France, je ne veux pas être l'otage d'un nouveau conflit social'", explique-t-il.

Il juge ce sentiment très perceptible jusque sur les sites internet de vente de voyages et assure n'avoir jamais constaté à ce point-là un tel mouvement de défiance, des usagers comme des voyagistes, à l'égard de la compagnie nationale.

"Pour l'avenir, surtout s'il y a des craintes de nouveaux conflits sociaux, les voyagistes privilégieront d'autres compagnies qu'Air France", souligne-t-il. "Air France dit perdre 15 millions d'euros par jour du fait de la grève, mais la perte sera certainement supérieure à ça à long terme."

"C'est la grève de trop, d'autant que les revendications des pilotes ne sont ni comprises ni acceptées, ni par les clients, ni par les voyagistes", ajoute le président du Snav.

UNE DÉPENDANCE PÉNALISANTE

Le PDG d'Air France-KLM, Alexandre de Juniac, a annoncé lundi la suspension jusqu'en décembre de la création de Transavia Europe - proposition rejetée par les grévistes - et se dit désormais prêt à renoncer au projet "la mort dans l'âme".

Pour Jean-Pierre Mas, Air France n'a pourtant d'autre choix pour survivre que de développer sa compagnie low-cost, à l'instar de British Airways et Lufthansa, faute de quoi elle devra renoncer "de gré ou de force" au trafic intra-européen.

"Ils auraient dû le faire il y a cinq ou dix ans. S'ils ne le font pas, ils en mourront. Et si les pilotes s'obstinent, il y a un risque pour Air France", dit-il. "Revenir en arrière pour faire des concessions sociales serait une grave erreur."

"Le modèle d'Air France n'est pas du tout adapté au trafic intra-européen", explique Jean-Pierre Mas. "Ils perdent de l'argent, ça plombe la totalité de leur activité et ils se feront piquer des parts de marché par les low-cost."

Les voyagistes évaluent leurs propres pertes pour la première semaine de grève à cinq millions d'euros, précise par ailleurs le président du Snav, qui fédère 1.300 agences de voyage, tour operators et agences en ligne.

Ce mouvement fait aussi prendre conscience aux voyagistes français de leur extrême dépendance envers Air France.

Selon Jean-Pierre Mas, les deux tiers des billets Air France émis dans l'Hexagone le sont par les agences de voyage et plus d'un billet sur deux émis par elles est un billet Air France.

"Cette dépendance est très pénalisante pour nous et nos clients", explique-t-il. "Nous demandons que la concurrence soit plus facile sur le marché français, avec des ouvertures de slots dans les aéroports d'Orly et de Roissy."

Mais l'enjeu va selon lui bien au-delà.

"Nos correspondants étrangers sont atterrés par la position des pilotes", dit-il. "Ça déstabilise considérablement l'image de la France comme destination touristique ou de congrès dans les pays étrangers. Il risque d'y avoir des congrès annulés."

(Edité par Yves Clarisse)

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.