Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Les valeurs du jour à Wall Street Aon et Willis Towers Watson mettent fin à leur projet de fusion
information fournie par AOF26/07/2021 à 17:14

(AOF) - Le britannique Aon et l'irlandais Willis Towers Watson (WTW), tous deux cotés à New York, connaissent deux destins boursiers bien différents ce lundi: après l'annonce de leur projet de fusion avorté, le premier s'est solidement installé à la seconde place du S&P 500, bondissant de 6,72% à 248,10 dollars, alors que le deuxième dégringole de plus de 7% à 210,18 dollars, pour se placer lanterne rouge de l'indice.

Les deux géants mondiaux du courtage en assurance avaient annoncé leur fusion le 9 mars 2020 pour un montant de 30 milliards de dollars, dans le but de créer un géant du secteur dont la valeur nette combinée implicite était estimée à 80 milliards de dollars. Les actionnaires de WTW étaient censés recevoir 1,08 action Aon pour chaque action Willis Towers Watson, les actionnaires d'Aon devant détenir 63% du nouvel ensemble et ceux de Willis Towers Watson, 37%.

Dans les faits, la fusion prenait la forme d'une absorption de WTW par Aon, le nouveau groupe devant garder le nom de ce dernier tout en maintenant son siège social à Londres. Le Directeur général d'Aon, Greg Case, devait en devenir le patron, au côté de la directrice financière, Christa Davies.

Mais le projet, déjà incertain en raison d'une enquête de la Commission Européenne en décembre dernier, a eu plus que jamais du plomb dans l'aile lorsque le ministère américain de la Justice s'est penché sur celui-ci. En effet, mi-juin, le DoJ avait déposé une plainte antitrust au civil auprès du tribunal fédéral du district de Columbia afin de le bloquer. Selon cette plainte, la fusion menacerait "d'éliminer la concurrence, d'augmenter les prix et de réduire l'innovation pour les entreprises, les employeurs et les syndicats américains qui dépendent de ces services importants".

L'administration américaine avait ajouté que "les entreprises et les consommateurs américains comptent sur la concurrence entre Aon et Willis Towers Watson pour faire baisser les prix de services essentiels, tels que le conseil en matière de santé et de retraite. Permettre à Aon et Willis Towers Watson de fusionner réduirait cette concurrence vitale et laisserait les clients américains avec moins de choix, des prix plus élevés et des services de moindre qualité."

Aon et WTW s'étaient pourtant engagés à des désinvestissements, jugés insuffisants par le DoJ, afin de satisfaire aux réglementations antitrust. Ils avaient déploré cette plainte qui, selon eux, "reflète un manque de compréhension de [leur] activité, des clients [qu'ils servent] et des marchés sur lesquels [ils opèrent]".

Cette procédure a néanmoins eu définitivement raison du projet de fusion ce lundi 26 juillet 2021, les géants ayant décidé d'y mettre fin et, dans le même temps, de clore le litige avec le DoJ.

"Malgré l'élan réglementaire dans le monde entier, y compris l'approbation récente de notre combinaison par la Commission européenne, nous sommes dans une impasse avec le ministère de la Justice des États-Unis", a déclaré Greg Case. "La position du DoJ ne tient pas compte du fait que nos entreprises complémentaires opèrent dans de vastes secteurs concurrentiels de l'économie, a-t-il ajouté. Nous sommes convaincus que la combinaison aurait accéléré notre capacité commune à innover au nom des clients, mais l'incapacité à obtenir une résolution rapide du litige nous a amenés à ce point."

En guise de compensation, Aon devra verser à Willis Towers Watson une indemnité d'un milliard de dollars pour la rupture du contrat de fusion. "Le plan d'arrangement proposé par Willis Towers Watson est désormais caduc, et les deux organisations iront de l'avant de manière indépendante", ont déclaré les deux groupes dans leur communiqué commun".

Le 9 juillet dernier, la Commission Européenne avait finalement validé leur rapprochement sous conditions. WTW devait notamment céder les activités de Gras Savoye en France au courtier Arthur J. Gallagher.

Valeurs associées

Tradegate +4.71%
LSE -100.00%
NASDAQ -1.26%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 26/07/2021 à 17:14:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.