Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Les valeurs du jour à Paris - Le secteur bancaire chahuté par la faillite d’un important hedge fund américain
information fournie par AOF29/03/2021 à 11:30

(AOF) - " Quelle sera la prochaine banque à lancer un avertissement sur ses résultats à la suite de la liquidation d’un important hedge fund américain ? " s’interrogent les investisseurs. Nomura et Credit Suisse ont en effet lancé un profit warning à la suite d’un défaut sur les appels de marge d’un fonds spéculatif, identifié par la presse américaine comme étant Archegos Capital Management. L’action de la banque japonaise a dévissé de plus de 16% ce matin tandis que sa concurrent helvétique chute de plus de 13% à 10,82 francs suisses.

Ces avertissements ont provoqué un vague de défiance vis-à-vis du secteur bancaire.

En France, BNP Paribas et Société Générale, les établissements les plus exposés aux activités de marché, perdent respectivement 2,26% à 50,50 euros et 2,23% à 21,745 euros. Crédit Agricole résiste mieux : - 0,86% à 12,13 euros.

Archegos Capital Management étant incapable de répondre aux appels de marge des prime broker, ces derniers ont liquidité ses positions pour récupérer leur argent. Dans le cadre des services offerts aux hedge funds, les prime broker exécutent ses transactions et lui prêtent du cash et des titres.

Selon le Wall Street Journal, des positions sur des actions représentant près de 30 milliards de dollars auraient été liquidées. Bloomberg évoque plus de 20 milliards de dollars, vendredi. Archegos Capital Management avait acheté avec un très important effet de levier des valeurs comme le groupe Internet chinois Baidu où le groupe de médias américains, Viacom. A la suite de la liquidation de ses positions, ces titres ont connu d'importants trous d'air. Viacom a ainsi clôturé en retrait de 27%.

" Certaines banques étaient tellement inquiètes de leurs pertes potentielles que, plutôt que de vendre de manière organisée, elles ont choisi de vendre le plus rapidement possible ", souligne le Wall Street Journal.

Ces liquidations forcées vont coûter cher à Nomura et à Credit Suisse, qui dans leur communication du jour évoquent des pertes liées à un client américain, sans citer de nom. La banque japonaise a évalué sa perte potentielle à 2 milliards de dollars au prix de marché au 26 mars. " Cette estimation est susceptible d'être modifiée en fonction du dénouement des transactions et des fluctuations des prix du marché " a-t-elle précisé.

Pour sa part, Credit Suisse explique faire partie des banques clôturant les positions d'un hedge fund américain. " Bien qu'il soit prématuré à l'heure actuelle de quantifier l'ampleur exacte de la perte résultant de cette sortie, elle pourrait être très importante et matérielle pour nos résultats du premier trimestre " a précisé la banque suisse.

Cette dernière voit écorner encore un peu plus sa réputation, ces pertes intervenant après le scandale de ces dernières années de la faillite du spécialiste de l'affacturage inversé, Greensill Capital. La banque suisse a été contrainte de clôturer des fonds représentant 10 milliards de dollars, liés à des programmes de financement de la chaîne d'approvisionnement de Greensill Capital.

Valeurs associées

Euronext Paris -1.53%
Euronext Paris -2.60%
Euronext Paris -2.28%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 29/03/2021 à 11:30:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

2 commentaires

  • 30 mars09:22

    Même si je devais y laisser des plumes, puisque très exposé sur les bancaires françaises, ça ne me déplairait pas que tous les hedges founds fassent faillite. Tous sans exception. Cette CHOSE ne devrait pas exister.Quant à crédit Suisse qui se permet de donner des notations sur les entreprises et sur ses concurrents, il ferait mieux de se taire......La Suisse ferait faillite que ça ne serait pas plus mal, non plus.Et les bitcoins , en passant , aussi.


Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.