Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Les valeurs du jour à Paris Engie et EDF recherchés malgré le bouclier tarifaire
information fournie par AOF01/10/2021 à 12:07

(AOF) - En hausse de 1,53% à 11,52 euros, Engie signe la plus forte hausse du CAC 40 tandis qu'EDF grimpe de 4,9% à 11,43 euros pour prendre la tête du SBF 120. Les titres des deux champions français de l'énergie réagissent favorablement à la décision du gouvernement de geler les prix du gaz et de l'électricité pendant plusieurs mois. Dans un communiqué, Engie a déclaré qu'il cherchera à minimiser l'impact de cette décision sur sa performance financière. Concrètement, la mise en place du "bouclier tarifaire" ne devrait pas trop pénaliser Engie.

L'envolée des tarifs redoutée au cours de l'hiver (+30% d'ici la fin de l'année après celle de 12,6% effective aujourd'hui) sera ensuite " rattrapée " pendant les 12 mois suivants. Ainsi, le groupe français devrait in fine, rentrer dans ses fonds. En revanche, en attendant, il fera office de "banquier" en avançant la trésorerie jusqu'à ce que les prix du gaz reflue et l'abandon du fameux bouclier.

Les investisseurs sont donc rassurés. Le gouvernement aura pu en effet prendre des mesures plus contraignantes pour Engie comme geler les prix sans perspective de rattrapage par la suite.

Concernant EDF, le gouvernement est encore plus clément. La décision de plafonner pour les ménages la hausse à 4 % (contre +12% prévue en février 2022) sur une période qui irait de février 2022 à février 2023 est indolore pour l'électricien public, voire positive (puisque les prix montent !). C'est en effet par le jeu d'une baisse de la taxe intérieure sur la consommation finale d'électricité (TICFE) que l'Etat compte contrôler le prix de vente final de l'électricité.

A l'été 2014 se souviennent sans doute les investisseurs, la ministre de l'Energie, Ségolène Royal, avait annulé une hausse prévue depuis un an de 5 % des tarifs réglementés pour les ménages, la minorant ensuite à 2,5%.

Cette décision avait suscité des controverses, le Conseil d'Etat imposant par la suite un rattrapage sur les factures.

"Le choix du gouvernement de jouer sur les taxes est une bonne nouvelle pour EDF. Certains redoutaient la mise en œuvre d'une taxe sur les "supers profits" liés à la flambée des cours", commente Nicolas Leclerc, cofondateur d'Omnegy, un cabinet de conseil et de courtage en énergie.

Par ailleurs, EDF continuera à vendre son électricité sur le marché ce qui est tout bénéfice puisque son coût de production est, en principe, globalement stable.

"En revanche, ce bouclier sera-t-il suffisant pour les ménages ? Sur le marché du gaz, les prix progressent de plusieurs points de pourcentage par jour. Or, Engie achète l'essentiel de son gaz sur le marché", ajoute l'expert. Selon lui, si la flambée se poursuit, d'autres mesures sont à prévoir.

Concernant l'électricité, même constant. Nicolas Leclerc propose que le gouvernement, par décret, relève le plafond de ventes de d'Accès régulé à l'électricité nucléaire historique (Arenh). Une telle décision permettrait aux clients finaux de payer moins cher leur électricité, mais elle pèserait sur les comptes d'EDF...

Valeurs associées

EDF
Euronext Paris -1.43%
Euronext Paris -1.43%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 01/10/2021 à 12:07:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

2 commentaires

  • 05 octobre16:38

    "Une telle décision permettrait aux clients finaux de payer moins cher leur électricité"... Tu as raison, Mickey, plus EDF va te filer du jus gratuit et plus en tant que client d'EDF je vais supporter tes subventions... depuis 2011 avec 100 millions de MWh de l'arenh gratos... il fallait investir dans des outils de production au lieu de se les mettre dans les fouilles et jouer les traders ou cigales de l'énergie.


Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.