1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les syndicats saisissent la justice sur la vente du Printemps
Reuters23/05/2013 à 20:57

LA VENTE DU PRINTEMPS PORTÉE DEVANT LA JUSTICE PAR LES SYNDICATS

PARIS (Reuters) - Les syndicats du Printemps ont saisi mardi le procureur de la République sur les modalités du rachat du groupe de grands magasins par des investisseurs qataris.

Un "signalement de faits" a été déposé auprès du procureur le 21 mai, a déclaré jeudi à Reuters Bernard Demarcq, porte-parole de l'intersyndicale du Printemps, dénonçant un montage financier opaque et divers commissionnements jugés exorbitants.

"Il faut que le procureur puisse se saisir du dossier et diligenter une enquête", a-t-il précisé, évoquant des soupçons d'abus de confiance ou de fraude fiscale.

Du côté du Printemps, une porte-parole indique que "le groupe considère avoir agi dans le cadre de la loi et en toute transparence".

À ce stade, il n'y a pas de plainte déposée auprès du procureur, mais des pièces qui pourraient éventuellement permettre à la justice de se saisir du dossier.

L'intersyndicale précise avoir également transmis le dossier aux ministères de la Justice et du Redressement productif.

Les syndicats, qui jugent opaque la procédure de cession et qui craignent des suppressions d'emploi, souhaitent la suspension ou l'annulation de la procédure de consultation des salariés ainsi que la suspension du projet de cession lui-même.

Le Qatar détiendra 100% du capital du Printemps lorsqu'il aura racheté au groupe financier italien Borletti Group et au fonds allemand Rreef (filiale de Deutsche Bank) leurs participations respectives, selon des documents confidentiels obtenus fin mars par Reuters. Rreef et Borletti Group espèrent boucler la transaction d'ici l'été, après le feu vert des autorités de la concurrence.

À ce jour, les termes financiers de l'opération n'ont pas été dévoilés, pas plus que l'identité précise des acquéreurs.

Les syndicats s'inquiètent surtout des conséquences de la cession sur les effectifs, alors qu'un "business plan" baptisé Arthur 3 pourrait menacer, selon eux, près de 250 emplois, principalement au grand magasin parisien du boulevard Haussmann.

Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer