Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Les résultats du Suisse Geberit écornés par la hausse des coûts au premier semestre
information fournie par AOF18/08/2022 à 10:34

(AOF) - Malgré la progression de ses ventes de 5,5% à 1,93 milliard de francs suisses au premier semestre 2022, le fabricant helvétique d'équipements sanitaires Geberit a été secoué par l'envol des coûts : +24,4% à 628,6 millions de francs suisses. Cela s'est répercuté sur son bénéfice net qui a diminué de 12,5% à 402 contre 460 millions de francs suisses il y a un an. Son bénéfice par action est, lui aussi, en baisse. Il recule de 12,94 à 11,56 francs suisses.

Le cash-flow opérationnel (Ebitda) a diminué de 10,4 % à 561 millions de francs suisses, ce qui correspond à une marge de 29,0%, contre 34,2% l'année précédente. Corrigé des effets négatifs des devises, le recul de l'Ebitda est de 4,6%. Le résultat d'exploitation a reculé de 11,6% à 483 millions de francs suisses, ce qui équivaut à une marge d'Ebit de 25,0% contre 29,8% l'année dernière.

Dans son communiqué de presse, le groupe souligne que les trois derniers mois ont été marqués par une nouvel essor de la pression inflationniste par rapport au premier trimestre 2022. Les matières premières ont connu des hausses de prix massives (+25% en données apurées des variations de change) par rapport à la même période de l'année précédente. par rapport à la même période de l'année précédente), l'énergie (+104%) et les transports (+13%).

La direction du groupe reste néanmoins convaincue que le groupe Geberit est très bien équipé et positionné pour relever les défis actuels. Pour l'année 2022 dans son ensemble, elle s'attend à une croissance élevée du chiffre d'affaires net en devises locales et à une marge d'ebitda d'environ 28%.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Le marché de l'hygiène beauté français ne cesse de reculer

Ces dernières années, les Français ont simplifié leurs routines beauté, ce qui s'est traduit par une baisse de leurs dépenses. Selon Kantar, le poids de l'hygiène-beauté dans les dépenses de produits de grande consommation n'a cessé de diminuer ces cinq dernières années, passant sous la barre des 10%. Ainsi en 2021, les dépenses d'hygiène-beauté ont pesé pour 8,5%. Pour le panéliste NielsenIQ, le développement du télétravail pénalise le secteur car les télétravailleurs diminuent deux fois plus rapidement leurs achats d'hygiène-beauté que la moyenne des français. Cette tendance risque de perdurer en 2022. A cela s'ajoute un autre facteur négatif : avec l'inflation et la perte de pouvoir d'achat, les Français vont certainement réaliser des arbitrages dans leurs dépenses, qui pourraient se faire aux dépens de l'hygiène-beauté.

La RSE imprègne le secteur

L'Unicem a créé en 2018 un label RSE, qui a rencontré un certain succès : dans le béton, près de 700 sites, soit la moitié de l'activité en France, se sont engagés dans la démarche, de même que 400 sites constituant près de 30% du chiffre d'affaires des carrières françaises. Cette démarche englobe plusieurs initiatives comme la réduction de l'empreinte carbone des produits ou l'amélioration des relations avec les fournisseurs. De grands efforts ont été faits sur le plan du recyclage qui atteint désormais 70% dans le secteur, contre environ 50 % il y a dix ans, et alors qu'il était quasiment inexistant il y a une trentaine d'années. Toutefois l'Unicem souhaiterait que les pouvoirs publics renforcent leur soutien à cette démarche RSE à travers un recours aux entreprises labellisées.

De belles perspectives avec l'hydrogène vert pour la filière électrique

Le plan hydrogène français de 7 milliards d'euros, qui a été porté à 9 milliards, vise à développer une filière industrielle de la production d'hydrogène bas carbone. Le Gimélec, le groupement des entreprises de la filière électronumérique en France, a identifié de fortes retombées pour les fabricants de matériel électrique. Pour ses membres, les retombées économiques sont chiffrées à 10 milliards d'euros d'ici à 2030, puis de 20 milliards supplémentaires pour la période 2030 à 2040, principalement pour la filière des fabricants de matériels électronumériques (des transformateurs aux systèmes de contrôle commande). Cela va engendrer des recrutements massifs, en particulier dans les territoires où se concentreront les efforts de développement de l'hydrogène, en Méditerranée et dans la Vallée de la Seine.

Valeurs associées

Swiss EBS Stocks -1.36%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.