Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les promoteurs face aux nouvelles tendances du shopping chinois

Reuters27/02/2014 à 14:22

LES PROMOTEURS IMMOBILIERS CHINOIS FACE AUX NOUVELLES TENDANCES DE SHOPPING

par Clare Baldwin

HONG KONG (Reuters) - Les marques de luxe subissent un ralentissement de leur croissance en Chine, dont les citoyens font de plus en plus souvent leurs emplettes à l'étranger, ce qui n'est pas sans poser de gros problèmes aux promoteurs immobiliers des centres commerciaux.

Deux tiers des enseignes haut de gamme ont ainsi raté leurs objectifs d'ouverture de boutiques en Chine en 2013, selon une analyse des consultants Knight Frank et Woods Bagot.

Au contraire, des marques de prêt-à-porter moins onéreuses telles que H&M et Zara, du groupe espagnol Inditex ont fait mieux qu'elles ne le pensaient.

Cette tendance témoigne de l'offensive gouvernementale contre les cadeaux somptuaires, du fait que beaucoup de Chinois préfèrent acheter leurs produits de luxe à l'étranger en raison d'une taxation plus favorable et enfin de la montée d'une classe moyenne qui recherche des marques abordables.

Pour une marque telle que Samsonite, ce changement est le bienvenu et le fabricant de valises, qui a ouvert 200 boutiques en Chine l'an passé, compte en inaugurer 500 cette année.

Pour les promoteurs immobiliers qui pensaient que la Chine n'en aurait jamais assez du luxe, l'erreur de calcul pourraient leur coûter jusqu'à 25 milliards de dollars.

James Hawkey, du groupe d'immobilier commercial Cushman & Wakefield, estime qu'un quart des 700 grands magasins, boutiques et galeries marchandes en cours de développement dans les 30 plus grandes villes chinoises pourraient faire faillite, coûtant aux promoteurs jusqu'à 150 milliards de yuans (24,6 milliards de dollars, 18 milliards d'euros).

"Les enseignes du milieu de gamme se développent vite mais pas assez pour remplir tous les centres commerciaux", observe Hawkey.

Pour les marques de luxe qui ont massivement investi en Chine, les boutiques deviennent des vitrines chères à entretenir où le client vient faire du repérage de produits avant de les acheter hors des frontières chinoises.

Une contrefaçon endémique et des taxes intérieures qui peuvent dépasser 40% poussent depuis longtemps les Chinois les plus riches à acheter à l'étranger. Mais ils ne sont plus les seuls, les conditions de visa ayant été assouplies et les Chinois souhaitant plus que jamais voir le monde extérieur.

C'est ainsi que 100 millions de Chinois se sont rendu à l'étranger en 2013, soit 20% de plus qu'en 2012, et le courtier CLSA prévoit qu'ils seront 200 millions d'ici 2020.

"Compte tenu du ralentissement des ventes dans le luxe et du fait qu'il y a plus de Chinois qui voyagent à l'étranger, les boutiques en Chine sont plus une vitrine. Plutôt qu'en ouvrir trois ou quatre dans toutes les villes, on se contentera peut-être d'une ou deux", observe Susanna Leung, analyste de CLSA.

"PAS UNE IDÉE JUSTE"

Les nouveaux projets de galeries marchandes se concentrent dans les villes les plus petites, où le revenu moyen est plus faible et où le client recherche des marques grand public.

Les marques de luxe préfèrent au contraire les centre-ville de métropoles telles que Pékin ou Shanghaï, pour une question de prestige.

LVMH, le numéro un mondial du luxe, pense ralentir sa croissance en Chine à 4%-5%, soit moitié moins à peu près qu'en 2013. Prada ne veut pas non plus trop développer sa clientèle en Chine, tandis que Gucci, filiale de Kering, entend se cantonner à la rénovation des boutiques existantes et à la renégociation des baux lorsque ceux-ci arriveront à terme.

Ce dernier point peut être a priori dommageable pour les marges des promoteurs immobiliers. Le loyer moyen des centres commerciaux de haut vol des villes les plus petites a diminué de 2% en 2013, tandis que le taux d'occupation moyen a augmenté à 10,9%; c'est le contraire qui s'est produit dans les grandes villes, observent Knight Frank et Woods Bagot.

"Dans les nouveaux centres situés dans des endroits non classiques, les propriétaires n'ont aucune maîtrise de leurs prix", observe Steven McCord (Jones Lang LaSalle). "Pour remplir leurs centres, ils doivent être souples en matière de loyer".

Des marques très courues mais abordables comme Coach et Michael Kors sont ainsi très recherchées par ces promoteurs.

Cette tendance de fond, les promoteurs immobiliers devront s'en accommoder dans les années à venir. "Je pense que certaines personnes du secteur de l'immobilier n'ont pas une idée juste de la dynamique qui sous-tend la distribution", dit Paul Hart (Knight Frank).

(Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.