Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Actualités

RAIFF BANK INT

28.70EUR
+1.56% 
Ouverture théorique 0.00

AT0000606306 RAW

Stuttgart données temps différé
Politique d'exécution
  • ouverture

    28.73

  • clôture veille

    28.26

  • + haut

    28.73

  • + bas

    28.70

  • volume

    0

  • valorisation

    9 441 MEUR

  • capital échangé

    0.00%

  • dernier échange

    22.05.18 / 09:03:56

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.00

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.00

  • Éligibilité

    Non éligible Boursorama

Autres places de cotation

Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

    Ajouter RAIFF BANK INT à un portefeuille virtuel

    Fermer
  • + Liste

    Ajouter RAIFF BANK INT à mes listes

    Fermer

Les privatisations russes ne séduisent pas les banques occidentales

Reuters22/03/2016 à 17:34
    * Les banques occidentales rechignent à conseiller 
    * Ce qui est de mauvais augure pour obtenir un bon prix 
    * Lundi était la date limite de réponse des banques 
 
    par Oksana Kobzeva et Olga Popova 
    MOSCOU, 22 mars (Reuters) - Les banques occidentales 
rechignent à conseiller la Russie sur ses privatisations, de 
crainte d'enfreindre les sanctions imposées à Moscou pour son 
rôle dans le conflit ukrainien, ont dit à Reuters trois sources 
bancaires occidentales. 
    Un responsable de l'Union européenne (UE) a prévenu la 
semaine dernière les banques qui envisagent de souscrire des 
emprunts russes de vérifier qu'un tel placement n'est pas un 
moyen de contourner les sanctions frappant les entreprises 
publiques du pays. 
    De même, le gouvernement américain a prévenu certaines 
banques qu'acheter de la dette russe saperait les sanctions 
internationales imposées à la Russie dans le dossier ukrainien, 
rapportait le Wall Street Journal le mois dernier. 
    Le ministère de l'Economie russe a sollicité des banques la 
semaine passée pour jouer un éventuel rôle de conseil dans les 
cessions prévues de 50,08% du capital du groupe pétrolier 
Bashneft  BANE.MM , de 10,09% des mines de diamants Alrosa 
 ALRS.MM  et de 10,9% de la banque VTB  VTBR.MM . 
    Les banques avaient jusqu'au 21 mars inclus pour répondre. 
    "Nous n'y participerons pas. Nous le voulions d'abord mais 
nous avons parlé à d'autres banques européennes et américaines 
et nous sommes aperçus que toutes s'abstiendraient", a dit le 
banquier d'un établissement américain contacté.  
    Si les banques occidentales restent sur la touche, la Russie 
aura du mal à céder ces actifs à un prix intéressant car les 
investisseurs étrangers suivent en général les avis des banques 
internationales. 
    Une autre possibilité serait alors de vendre tout ou partie 
des participations à un investisseur stratégique. Aux cours 
actuels, l'opération pourrait rapporter dans les 430 milliards 
de roubles (5,7 milliards d'euros), suivant des calculs de 
Reuters. 
    Des hommes d'affaires russes tels Viktor Vekselberg, 
l'ex-copropriétaire de la coentreprise pétrolière TNK-BP, et 
Vagit Alekperov, le patron du pétrolier Lukoil  LKOH.MM , sont 
apparemment intéressés par ces actifs. 
    Au risque de voir se répéter le scénario de la vague de 
privatisations des années 90, soit la naissance d'une nouvelle 
oligarchie russe avec un creusement présumé des inégalités entre 
riches et pauvres, préviennent les analystes.  
     
    10 BANQUES ONT RÉPONDU    
    Goldman Sachs  GS.N , JP Morgan  JPM.N , Credit Suisse 
 CSGN.S , Deutsche Bank  DBKGn.DE , Morgan Stanley  MS.N , 
Barclays  BARC.L , Royal Bank of Scotland  RBS.L , BNP Paribas 
 BNPP.PA , UBS  UBSG.S , Citi  C.N , UniCredit  CRDI.MI , 
Société Générale  SOGN.PA , Bank of America Merrill Lynch 
 BAC.N  et Raiffeisen  RBIV.VI  figuraient parmi les banques 
occidentales contactées. 
    Nikolaï Podgouzov, secrétaire d'Etat à l'Economie russe, a 
dit mardi, cité par des agences de presse locales, que 10 
banques avaient répondu au ministère, y compris des banques 
occidentales. Il n'a pas été plus précis. 
    Des banques russes, ou leurs filiales, ont également été 
invitées à soumettre leurs propositions, à savoir Sberbank 
 SBER.MM , VTB, VEB, Gazprombank, Renaissance Capital, Alfa 
Bank, MDM Bank et The Auction House of Russian Federation. 
    Les banques d'investissement occidentales ont fermé ou 
réduit leurs activités en Russie, dont l'économie ploie sous les 
sanctions internationales et la chute des prix des matières 
premières. 
    Toutefois, des sociétés financières telles que Rothschild 
ont pu faire de l'argent en restructurant la dette de la Russie 
et d'autres pays de l'ex-URSS. 
    Le ministère des Finances russe table sur les recettes des 
privatisations pour équilibrer son budget et ne pas dépasser un 
déficit de 3% du PIB cette année. 
     
 
 (Avec Darya Korsunskaya et Denis Dyomkin à Moscou, Sujata Rao à 
Londres, avec Katya Golubkova, Wilfrid Exbrayat pour le service 
français, édité par Marc Joanny) 
 

Valeurs associées

+1.56%
+2.35%
+3.96%
+2.14%
-0.28%
-0.28%
+1.74%
+0.77%
+1.05%
+1.23%
+3.06%
+1.98%
+2.38%
+1.15%
+0.92%
+0.15%
+0.87%
+0.97%
Afficher toutes les valeurs associées Réduire

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.