Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Les portefeuilles de Roland Laskine : les Français se méfient des actions, alors que celles-ci grimpent sous leurs yeux
information fournie par OBJECTIF RENDEMENT 07/06/2024 à 11:26

(Crédits photo : Adobe Stock -  )

(Crédits photo : Adobe Stock - )

Les sondages réalisés sur les placements préférés des Français se suivent et se ressemblent. Selon le dernier baromètre de l'épargne réalisé par l'IFOP pour le groupe Altaprofits, il ressort que l'aversion au risque reste une constante absolue dans le comportement financier de nos concitoyens : ils privilégient à hauteur de 69% les produits « sans risques » même s'ils offrent un faible rendement. Les produits « peu risqués » avec un rendement espéré plus important ne sont choisis que par 17% des personnes interrogées. Enfin, seulement 5% d'entre eux ont opté pour des solutions « risquées » offrant les meilleures perspectives de rendement. Les épargnants les plus jeunes sont les plus audacieux et les femmes se révèlent, tout âge confondu, plus prudentes que les hommes.

Ces comportements conduisent à des choix d'investissement sans grande saveur. Les Livrets réglementés de type Livret A, Livret de développement durable (LDDS) et Plan d'épargne logement (PEL) arrivent en tête avec 81% des personnes ayant déclaré détenir un de ces produits. Vient ensuite l'assurance-vie, avec 29% des sondés détenant un contrat de ce type. La Bourse, via le PEA, ne rassemble que 13% des suffrages. Autant dire qu'avec des choix aussi timorés, l'immense majorité des épargnants français passe totalement à côté des excellentes performances des marchés boursiers ayant atteint ces derniers jours leurs plus hauts niveaux historiques sur à peu près toutes les places boursières occidentales. La Bourse de Paris ne fait pas exception, avec un gain de 75% au cours des 10 dernières années.

les portefeuilles de Roland Laskine

les portefeuilles de Roland Laskine

Nos portefeuilles supportent très bien la comparaison (cf le graphique ci-dessus). Le Défensif, qui présente une très faible volatilité comparée aux grands indices, a progressé de 76,9% sur la même période. De son côté, l'Offensif, dont le comportement est plus agressif, fait nettement mieux avec une performance de 127,6% sur dix ans. La sélection d'ETF Monde, qui a fait l'objet d'une erreur dans la passation d'un ordre qui devrait être prochainement réparée, affiche de son côté une progression de près de 180% grâce aux placements effectués sur des trackers notamment orientés vers les valeurs technologiques cotées sur le Nasdaq. Enfin, le dernier-né, notre sélection de fonds ISR « socialement responsables » créée au début du mois de mars 2021, affiche déjà une belle progression de 39,5% en un peu plus de trois ans. Cette performance a été obtenue dans des conditions de très faible volatilité, grâce à une sélection de fonds très résilients et peu risqués. Exactement, ce que recherchent les Français !

A la décharge de nos concitoyens, il faut reconnaître que la hausse des marchés, intervenue dans un contexte très perturbé marqué par des tensions inflationnistes et plusieurs foyers de guerre aux portes de l'Europe, ne coulait pas vraiment de source. Le mode de raisonnement des opérateurs financiers n'est pas tout à fait celui de l'homme de la rue. Aujourd'hui, ce qui soutient la Bourse c'est la conjonction de plusieurs éléments parmi lesquels figurent la bonne tenue des résultats d'entreprises et un calcul typiquement boursier qui consiste à se réjouir du ralentissement de la croissance constaté à la fois aux Etats-Unis et en Europe. Les investisseurs voient en effet dans cette baisse de régime un encouragement à soutenir la reprise de l'activité économique en accélérant la baisse des taux directeurs par les banques centrales.

les portefeuilles de Roland Laskine

les portefeuilles de Roland Laskine

Dans ce contexte, nous avons cette semaine renforcé sur le portefeuille Défensif les positions existantes sur trois de nos valeurs phare : LVMH, L'Oréal et Engie. Dans l'Offensif, nous avons réduit les positions sur Société Générale et liquidé notre ligne d'actions Solvay qui ne nous donnait pas satisfaction. En revanche, trois nouvelles valeurs ont fait leur apparition. Il s'agit d'Euronext, le gestionnaire de la Bourse de Paris, de Veolia, le géant de l'eau et du traitement des déchets, ainsi que Getlink (ex-Eurotunnel) bien placé pour bénéficier d'une baisse des taux d'intérêt compte tenu du poids de son endettement.

Quelle stratégie après le premier assouplissement de la politique monétaire de la BCE ce jeudi ? La décision de la BCE de réduire son taux directeur de 0,25% a été bien accueillie, mais elle n'a pas donné lieu à des scènes de liesse dans les salles de marché. L'événement, très largement anticipé par les marchés, a été intégré dans les cours dès le mois de mai, une fois dissipés tous les doutes sur cette décision. Les taux sur les emprunts d'état français à 10 ans n'ont d'ailleurs presque pas bougé (à 3% à la clôture de jeudi). La présidente de la BCE Christine Lagarde a bien précisé qu'il ne s'agissait « pas de l'amorce d'un cycle baissier » et que le chemin vers un retour durable de l'inflation sous la barre des 2% s'annonce plus ardu que prévu. Il n'empêche que ce premier geste annonce le retour à une politique monétaire plus accommodante ce qui constitue traditionnellement un élément de soutien majeur des marchés boursiers. Il n'est donc pas interdit de rester confiant sur l'évolution de la tendance dans les semaines et les mois à venir, même si, comme nous l'expliquions la semaine dernière, la forte baisse des indices de volatilité (notamment le fameux Vix) à laquelle nous assistons aujourd'hui fait planer la menace d'une prochaine correction. C'est la raison pour laquelle les arbitrages auxquels nous avons procédé cette semaine sont restés assez limités dans le portefeuille Défensif. Nous nous sommes en revanche montrés plus audacieux sur l'Offensif, en prenant position sur des valeurs dites « values » présentant des niveaux de valorisation très inférieurs à la moyenne du marché. Dans les semaines à venir, nous nous attacherons à suivre nos positions en procédant à des arbitrages plus destinés à accompagner les mouvements de marché qu'à modifier en profondeur la composition de l'actif. La prépondérance des valeurs de croissance sera maintenue dans le portefeuille Défensif. En revanche, la recherche de performances au travers de titres à fort potentiel, mais aussi plus volatiles, restera de mise dans l'Offensif.

Bonne lecture et bon week-end à tous,

Roland Laskine

8 commentaires

  • 09:44

    Ouh la .. c'est vilain de detenir des actions en France ...meme pour Manu .. sujet tabou. Pour notre chere gauche c'est " l'egalité dans la misere" qui le dogme non dit


Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.