Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Les portefeuilles de Roland Laskine : les excès de valorisation des années passées sont en train d’être corrigés
information fournie par OBJECTIF RENDEMENT13/05/2022 à 12:08

La baisse s'accélère : -5,8% pour le CAC 40 sur les 30 derniers jours et presque autant pour l'indice européen EuroStoxx50. A Wall Street, l'indice Nasdaq Composite riche en valeurs technologiques a chuté de 16,6% sur un mois et le Dow Jones de 8,2%. Les raisons de cette baisse sont bien connues des investisseurs. Celles-ci tiennent avant tout à une accélération du resserrement des politiques monétaires par les banques centrales. Le premiers signes de durcissement se sont manifestés dès la fin de 2021 aux Etats-Unis avec l'annonce d'une réduction des opérations de rachat d'actifs financiers de la part de la Réserve Fédérale, puis avec une préparation progressive du marché à d'éventuelles hausses des taux directeurs. Depuis ces hausses de taux sont devenues une réalité de l'autre côté de l'Atlantique, avec un rendement des fonds fédéraux à 10 ans remonté autour de 3%. Dans la zone euro, la Banque centrale européenne s'apprête à mettre en place la même stratégie.

laskine

laskine

De la même manière que les Bourses mondiales ont été, au cours de ces dernières années, dopées par la baisse des taux d'intérêt et l'abondance des liquidités déversées sur les marchés financiers, l'arrêt de ces soutiens conduit aujourd'hui à l'effet inverse. Surtout à un moment où les tensions inflationnistes sont attisées par l'intensification de la guerre en Ukraine et où la croissance ralentit en Europe. La résurgence de l'épidémie de Covid 19 en Chine, à l'origine de nouvelles mesures de confinement dans plusieurs grandes villes du pays, contribue aussi à renforcer la méfiance des investisseurs.

Cette correction ne nous surprend pas. Nous nous y préparons depuis le début de l'année en ayant pris l'essentiel de nos bénéfices, ce qui a eu pour conséquence de fortement renforcer la part des liquidités. Les performances sont donc au rendez-vous : un recul de seulement 2,7% du portefeuille Défensif sur un mois et de 2,2% du portefeuille PEA/ISR. Le portefeuille Offensif très orienté vers les sociétés pétrolières et de production de matières premières limite son repli à 4,47% sur la même période. Le récent fléchissement du prix du pétrole en lien à la crainte d'un ralentissement de l'activité en Chine a conduit à légèrement dégrader la performance de notre sélection offensive, mais celle-ci tire malgré tout bien son épingle du jeu.

laskine

laskine

La situation actuelle est peu réjouissante, mais il n'est pas interdit de voir dans la correction actuelle des éléments positifs pour la suite des événements. Parmi ceux-ci figure l'éclatement de la bulle spéculative sur les valeurs technologiques qui avaient atteint des niveaux de valorisation stratosphériques sans rapport avec leurs véritables capacités bénéficiaires. L'effondrement de 64,3% du cours de l'action Coinbase à Wall Street en l'espace d'un mois constitue le meilleur exemple de retour sur terre des investisseurs. Rappelons que la plateforme de trading de crypto-monnaie américaine a tout de même perdu 429 millions de dollars au cours du seul premier trimestre de cette année, pour un chiffre d'affaires de 1,2 milliard. La capitalisation boursière de Coinbase, qui avait atteint les 100 milliards de dollars dans les quelques séances de Bourse ayant suivi son introduction le 14 avril 2021, est revenue à 18,7 milliards de dollars. La dégringolade est sévère, mais ce niveau reste malgré tout encore très élevé.

laskine

laskine

Les corrections boursières de ce type se comptent par dizaines sur le Nasdaq. Le cours de Netflix, la plateforme de streaming américaine, a dévissé de 50,3% au cours des 30 derniers jours et celui du spécialiste des vélos d'appartement connectés Peloton, qui s'était envolé pendant le confinement, a chuté de 45,6% sur la même période. Paypal, Amazon, Airbnb, Match Groupe et Tesla ont de leur côté perdu entre 30 et 26%. A la Bourse de Paris, Hermès International, Kering et LVMH ont reculé de 20 et 13% sur la même période. Ici, il est cependant moins question de dégonflement d'une quelconque bulle spéculative, que d'un retour à des niveaux de valorisation plus raisonnables, après les excès de hausse commis au cours de ces dernières années.

Notre stratégie pour les années à venir : pas de gros changements par rapport aux semaines précédentes. Nous continuons de maintenir une allocation très prudente sur l'ensemble de nos sélections. Cette semaine nous avons d'ailleurs continué légèrement de réduire nos positions sur les portefeuilles : sur le Défensif vente de 300 actions Accor et Rexel et sur l'Offensif vente de 2000 actions TechnipFMC. Nous avons aussi marginalement diminué les positions sur la sélection PEA/ISR. Les opérations de désengagement sont désormais terminées. Les positions ont été suffisamment réduites sur le portefeuille Défensif et le PEA/ISR, nous guettons désormais un redressement de la tendance qui nous permettrait de progressivement reprendre position sur les titres existants, avant de procéder à l'entrée de nouvelles valeurs. Dans le portefeuille Offensif, en dépit du repli récent du prix du pétrole et de la détente des cours de certaines matières premières, nous conservons une forte proportion de valeurs orientées vers cette thématique. Sans issue à court terme du conflit en Ukraine, notre sentiment demeure en effet favorable aux sociétés de ce secteur.

Bonne lecture et bon week-end à tous,

Roland Laskine

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.