Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les PMI de la zone euro font craindre une contraction marquée

Reuters22/11/2012 à 13:40

PLUS MAUVAIS TRIMESTRE DEPUIS DÉBUT 2009 POUR L'ÉCONOMIE DE LA ZONE EURO

par Andy Bruce

LONDRES (Reuters) - L'économie de la zone euro est en train de vivre son plus mauvais trimestre depuis la récession du début 2009, montrent les premiers résultats des enquêtes mensuelles PMI, qui confirment que les entreprises souffrent face à la baisse de leurs carnets de commandes.

Cette évolution touche particulièrement le secteur des services, qui génère la majeure partie de l'activité dans la région, avec pour conséquence une érosion continue des effectifs.

Dans l'industrie, la contraction de l'activité a été nettement moins forte qu'attendu en novembre. Mais au total, les résultats préliminaires des enquêtes réalisées par le cabinet Markit ne laissent guère de doute sur la capacité des Dix-Sept à échapper à une baisse du produit intérieur brut (PIB) au quatrième trimestre.

L'indice PMI "flash" des services a reculé à 45,7 - au plus bas depuis juillet 2009 - contre 46,0 en octobre alors que les économistes interrogés par Reuters l'attendaient inchangé.

Il se situe depuis dix mois maintenant sous le seuil de 50 qui sépare contraction et expansion de l'activité, et Markit juge qu'il est trop tôt pour affirmer qu'il a touché son point bas.

Car l'austérité budgétaire quasi généralisée en Europe, ajoutée aux risques liés à la crise de la dette, qu'a souligné cette semaine l'incapacité de la zone euro à conclure un accord sur la Grèce, laisse peu de place à l'espoir d'une reprise l'année prochaine.

En France, où les indices sont ressortis en amélioration à 46,1 pour les services et 44,7 pour le secteur manufacturier, Markit prévoit un recul de 0,7% du PIB au quatrième trimestre.

En Allemagne, la baisse d'activité s'est poursuivie pour le septième mois consécutif, atteignant dans les services son rythme le plus prononcé depuis trois ans et demi.

Chris Williamson, chef économiste de Markit, souligne que le pessimisme pour 2013 gagne notamment du terrain chez les chefs d'entreprise allemands.

"Si la situation économique se détériore en Allemagne, le plus gros pays de la zone euro, c'est de mauvais augure pour le reste de la région, d'autant plus que les échanges ne s'améliorent pas beaucoup en dehors de la zone", explique-t-il.

Le PMI flash chinois calculé par la banque HSBC a renoué avec la croissance en novembre, pour la première fois depuis octobre 2011, confortant le scénario d'une reprise progressive de la deuxième économie mondiale.

LE PIB PRIVÉ DE SOUTIENS

Les indices PMI flash de la zone euro sont cohérents avec l'hypothèse d'une contraction de 0,5% du PIB au quatrième trimestre, précise Markit, ce qui marquerait la plus forte contraction depuis début 2009.

Le PIB de la zone euro a augmenté de 0,1% au troisième trimestre, selon les estimations publiées la semaine dernière, mais de nombreux facteurs suggèrent une dégradation marquée sur les trois derniers mois de l'année.

"Les facteurs qui ont contribué à soutenir les chiffres officiels au troisième trimestre ne seront pas présents au dernier trimestre de l'année", dit Chris Williamson.

Les économistes expliquent notamment que c'est la vigueur relative de la production industrielle en juillet et en août qui a évité une contraction du PIB au troisième trimestre.

Mais les chefs d'entreprise ne croient pas pour autant à une amélioration prochaine de la conjoncture, et dans le secteur des services, le pessimisme a atteint en novembre son niveau le plus élevé depuis mars 2009, lorsque la zone euro était plongée dans sa plus grave récession depuis près de 70 ans.

Dans l'industrie manufacturière, le PMI "flash" est remonté à 46,2 - son meilleur niveau depuis mars - contre 45,4 en octobre. Il dépasse ainsi la prévision la plus optimiste, qui le donnait à 46,0.

L'euro a accru ses gains face au dollar et au yen après la publication de ces données, pour atteindre 1,2869 dollar.

"La bonne nouvelle concernant les PMI de ce mois-ci, c'est qu'il y a des signes d'amélioration", résume Alan Clarke, économiste de Scotiabank. "La mauvaise nouvelle, c'est que leur niveau bas traduit toujours une situation de récession dans la zone euro. On va donc voir l'économie continuer de se contracter pendant trois à six mois au moins."

avec Brian Love à Paris et Michelle Martin à Berlin, Jean-Baptiste Vey et Marc Angrand pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Mes listes

valeur

dernier

var.

4.758 -0.59%
7.06 -1.67%
97.84 -0.14%
25.06 +1.70%
EDF
12.27 -0.12%
1.175 -0.20%
2.9 -0.34%
10.04 0.00%
88.34 +4.47%
19.928 -0.13%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.