1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les peaux de banane s'amoncellent sous les pieds de Jérôme Powell, souligne Véronique Riches-Flores
AOF30/10/2019 à 15:27

(AOF) - J. Powell n'avait pas l'intention de baisser davantage les taux des Fed Funds ; " l'ajustement de milieu de cycle " était censé avoir été suffisant avec les deux mouvements décidés en juillet et septembre, selon ses propres dires d'il y a six semaines, rappelle l'économiste indépendante Véronique Riches-Flores dans la perspective de la réunion du comité de politique monétaire de la Fed.

Selon elle, on comprend pourtant par le silence récent du président de la Fed qu'il n'envisage pas de contrarier les marchés, lesquels chiffrent à 95 % la probabilité d'un nouveau repli d'un quart de point des taux directeurs, dans une fourchette de 1.50% à 1.75% ce mercredi.

L'économiste s'interroge : qu'évoquera-t-il pour justifier cette décision ? Va-t-il émettre des doutes sur la réalité de l'amélioration des perspectives internationales qu'envisagent les marchés, sur lesquelles il avait jusque-là fait porter l'essentiel de ses inquiétudes, ou revoir sa communication dithyrambique sur la conjoncture américaine à la faveur d'un tableau moins flatteur, au risque de s'attirer les foudres de D. Trump et d'inquiéter les marchés ?

Véronique Riches-Flores en convient, l'exercice ne devrait pas être très évident, surtout s'il s'agit de préparer les marchés au fait que cette baisse des taux est la dernière dans un environnement censé être dénué de risques majeurs, face auquel la Fed est néanmoins amenée à soulager quotidiennement le marché monétaire à hauteur de 120 milliards de dollars...

Les risques d'un faux pas sont décidément élevés pour J. Powell qui, plus ballotté que ne l'a jamais été aucun président de la Fed avant lui, pourrait avoir du mal à convaincre de la trajectoire qu'il poursuit, souligne Véronique Riches-Flores.

Les anticipations de marchés pourraient trouver dans les données économiques à venir, le PIB et, plus encore, le rapport sur l'emploi de vendredi, beaucoup plus d'éléments de conviction sur le chemin à venir de la politique monétaire, conclut l'économiste.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer