Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les opérations d'actionnariat salarié en France affichent de bonnes performances

Newsmanagers 19/09/2016 à 12:45

(NEWSManagers.com) -

Quelles sont les performances des opérations d'actionnariat salarié, que certains jugent par ailleurs très risquées ? Le spécialiste de l'épargne salariale, Eres, a pour la première fois analysé la performance sur cinq ans des opérations d'actionnariat salarié par les entreprises du SBF 120 initiées entre 2006 et 2010, une période très volatile. Les résultats sont plutôt encourageants. Les salariés ayant souscrit à une telle opération, sous forme d'augmentation de capital réservée ou de cession d'actions, ont été gagnants dans 72% des cas avec le dividende et la décote (17% en moyenne) mais sans tenir compte de l'abondement. Un actionnaire normal aurait été gagnant dans 60% des cas seulement.

Avec un taux d'abondement de 75%, les salariés auraient été gagnants dans 90% des cas au bout de cinq ans. Autrement dit, l'abondement et la décote permettent de limiter sensiblement le risque pris par les salariés. Ces résultats sont conservateurs, relève Eres, dans la mesure où ils partent du principe que le salarié cède ses actions au bout de cinq ans alors que rien ne l'y oblige.Très concrètement, pour 100 euros investis entre 2006 et 2010 en titres de leur entreprise, les salariés du SBF 120 ont réalisé un gain moyen de 78% (décote et dividende compris, sans abondement). Un gain en plus exonéré d'impôt sur les plus-values grâce au régime dérogatoire du PEE.

Dans ce contexte, Eres a observé que le montant moyen par salarié ayant souscrit à une opération d'actionnariat salarié augmente depuis 2013 et dépasse les 6.000 euros en 2015 contre 5.350 euros en 2014. 20% des entreprises du SBF 120 (35% du CAC 40 et 13% du NEXT 80) ont réalisé au moins une augmentation de capital ou une cession d'actions réservées aux salariés en 2015, en légère baisse par rapport à 2014. Au total, 27 opérations ont été réalisées en 2015 contre 29 en 2014, dont 25 augmentations de capital réservées aux salariés et 2 cessions d'actions. A fin juillet 2016, on reste sur le rythme des années précédentes, 18 entreprises ayant initié une opération d'actionnariat salarié, chiffre stable par rapport à la même période de 2015. Le montant moyen des opérations réalisées en 2015 a dépassé la barre des 100 millions à 105,2 millions d'euros contre une moyenne historique de 85 millions d'euros.

A noter enfin qu'en 2015, la France reste championne d'Europe de l'actionnariat salarié " démocratique" (pourcentage des salariés actionnaires par rapport au nombre de salariés total) puisque 77% des entreprises françaises ont des plans d'actionnariat pour l'ensemble de leurs salariés contre une moyenne européenne de 47%. En outre, 37% des salariés sont actionnaires contre 23% en Europe. Les salariés non dirigeants détiennent ainsi 3,9% du capital contre 1,7% en Europe.

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.