Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les noces PSA-GM vont dominer le salon de Genève

Reuters03/03/2012 à 15:53

LE SALON DE L'AUTOMOBILE DE GENÈVE SERA DOMINÉ PAR L'ALLIANCE ENTRE PSA ET GM

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Le salon de l'automobile de Genève, qui ouvrira ses portes au public jeudi, sera dominé par l'alliance entre PSA Peugeot Citroën et General Motors, dernier mariage en date dans un secteur où les économies de coûts et d'échelle sont devenues la première des priorités.

La question des modalités concrètes à court terme du rapprochement entre PSA et GM, alors que le partenariat stratégique annoncé mercredi prévoit pour 2016 le plein effet des synergies et les premiers modèles de véhicules communs, sera dans tous les esprits lors du premier grand salon automobile européen de l'année.

"Cet accord industriel est très révélateur des mutations actuelles du secteur de l'auto", commente Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem de l'automobile. "Les constructeurs n'ont plus le choix et savent qu'ils ne peuvent plus tout faire en même temps."

"Il reste que pour concrétiser une telle alliance, il faut du temps, les expériences passées ont montré que le risque d'échec n'est pas nul", ajoute-t-il. "Mais si ça marche, c'est un projet prometteur."

Les derniers grands rendez-vous de la profession ont tous été marqués par cette quête des synergies. L'édition 2009 du salon de Francfort avait consacré le rapprochement entre Fiat et Chrysler, Francfort 2011 avait été marqué par l'annonce de nouvelles coopérations entre Renault-Nissan et Daimler. Quant à Genève 2010, il restera célèbre notamment pour l'officialisation de l'échec des discussions entre PSA et Mitsubishi, avec lequel le groupe français cherchait alors à convoler.

UNE OFFRE TOUJOURS VARIÉE MALGRÉ LA MUTUALISATION

Dans un secteur marqué par une concurrence mondiale accrue, les constructeurs généralistes ne peuvent plus compter sur leurs seules ressources internes pour développer de nouveaux produits à la fois à des coûts raisonnables et dans des délais suffisamment rapides pour suivre l'évolution des goûts des consommateurs et le durcissement des règles de sécurité et d'environnement.

Mais cette mutualisation ne conduit pas pour autant à une uniformisation des voitures car l'objectif est de mettre en commun des composants et des architectures invisibles de l'extérieur.

"Les marques Peugeot et Citroën n'ont jamais partagé autant de composants et de plates-formes sur le plan industriel qu'aujourd'hui, et pourtant elles n'ont jamais eu une identité propre aussi distincte", observe François Roudier, porte-parole du Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA).

Genève sera donc, comme tout salon qui se respecte, un bal de nouveautés avec quelques premières mondiales très attendues comme la Zoé de Renault, fer de lance du pari électrique du constructeur.

Sur le stand Dacia, la marque low cost du groupe Renault, on découvrira le monospace Lodgy dont le lancement de la construction au Maroc a été entouré d'une polémique sur le thème du "made in France", un des thèmes au coeur de la campagne présidentielle.

Du Côté de PSA, Citroën dévoilera son 4x4 compact C4 Aircross basé sur l'ASX de Mitsubishi, tandis que Peugeot présentera la 208 grâce à laquelle la marque au lion espère prolonger une 'success story' entamée sur ce segment dans les années 1980 avec la 205.

La concurrence ne sera pas en reste. Une autre icône, la Golf de Volkswagen, apparaîtra dans sa livrée GTI cabriolet, et Audi, la marque premium du groupe allemand, présentera sa nouvelle A3. Chez Fiat, la célèbre 500 prendra des rondeurs avec la variante L, réplique italienne de la Mini Countryman de BMW.

Les constructeurs comptent sur ces nouveautés pour soutenir des ventes attendues en baisse de 3% à 4% cette année en Europe, faisant de la région la seule du monde où le marché automobile se contractera en 2012.

Un salon de l'automobile ne serait pas non plus totalement réussi sans quelques "supercars". Les visiteurs pourront admirer la Série 6 Grand Coupé de BMW, la très futuriste Nuccio signée par le célèbre carrossier Bertone ou encore la plus puissante Ferrari jamais réalisée, la F12 Berlinetta avec pas moins de 729 chevaux sous le capot.

Après deux journées de presse, mardi et mercredi, le salon de Genève sera ouvert au public du 8 au 18 mars.

Avec Jennifer Clark à Milan et Irene Presinger à Munich, édité par Dominique Rodriguez

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.