1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les millions envolés de la taxe sida
Le Parisien25/12/2014 à 16:34

Les millions envolés de la taxe sida

Trois semaines à peine après la Journée mondiale de lutte contre le sida, à l'occasion de laquelle François Hollande adressait « un message d'espoir et de soutien aux séropositifs du monde entier », c'est une décision qui fait désordre et soulève une colère noire chez l'ensemble des associations. D'Aides à Solidarité Sida en passant par Act Up, Sidaction, la Coalition internationale sida (Coalition plus), elles montent toutes au créneau pour supplier le président de la République de sanctuariser les fonds alloués à la lutte contre une pandémie qui a tué 40 millions de personnes depuis trente ans. En revenant pour commencer sur une décision aussi discrète que fâcheuse. Sans tambours, ni annonce, la France vient en effet d'amputer de 25 M€ sa contribution à Unitaid. « Un revers historique, s'indigne l'association Aides. Ce sera la première fois en trente ans que la France rogne sa participation à la bataille mondiale contre une maladie qui tue encore 1,5 million de personnes chaque année ! »

Elle ne coûte pourtant rien à l'Etat, puisque les 110M€ qu'il versait jusqu'ici proviennent d'un financement innovant, pour lequel le pays fait jusqu'ici figure de modèle mondial. Créée en 2006 par la France et le Brésil pour assurer un égal accès aux traitements contre le VIH, le paludisme et la tuberculose, Unitaid soutient des programmes mis en œuvre dans 94 pays, par d'autres acteurs et associations. L'organisation, basée à Genève, a notamment œuvré, en garantissant de gros volumes d'achat aux labos, à faire baisser le prix des médicaments pédiatriques du sida de plus de 80 %. Depuis sa création, Unitaid tire ses ressources à plus de 60 % du financement solidaire innovant made in France, promu en 2005-2006 par le président de l'époque, Jacques Chirac. Depuis, chaque passager d'un avion décollant de l'Hexagone, quelle que soit la compagnie aérienne, s'acquitte d'une taxe incluse dans le prix de son billet. Pas ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

20 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • dotcom1
    26 décembre11:28

    Moins de malades, moins de subventions. C'est évident!

    Signaler un abus

  • lorant21
    26 décembre11:08

    Qui croyait que cette taxe ne finirait pas par alimenter la gabegie de l'Etat? Comme la vignette auto. Il fallait être naïf. Cela dit, si on veut faire payer les riches voyageurs, autant mettre un peu de taxe sur le kérosène (taxé à 0%) alors que le carburant auto l'est à 80%. Mais bon, ne rêvons pas, 'ILS" ne vont pas se taxer eux-mêmes.

    Signaler un abus

  • elouvet
    26 décembre10:17

    le ayatholla de lgbt sont bien silencieux, y aurait il complicité

    Signaler un abus

  • M7097610
    25 décembre23:55

    c'est la seule taxe que l'aérien supporte, un vrai paradis fiscal comparé au transport routier, vache à lait de l'Etat ! Comme l'aerien est utilisé par les nantis...bonjour l'inégalité dans le financement des charges publiques !

    Signaler un abus

  • pichou59
    25 décembre21:14

    combien l'état doit à la la sécu? pas de problèmes puisque les travailleurs laborieux du privé payent!!!

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer