Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les matières premières sont aussi un investissement de long terme

Newsmanagers25/03/2010 à 15:45
(NEWSManagers.com) - L'atelier qui s'est tenu dans le cadre du Forum GI, avec pour thème les matières premières - Energie, matières premières, produits agricoles, les ressources rares vont-elles alimenter une nouvelle bulle spéculative ? - avec pour intervenants Jean-Claude Guimot directeur général déléguée de la société de gestion du groupe Agrica, Olivier Neau, directeur des gestions chez Edmond de Rothschild Investment Managers, Muriel Blanchier, gérante des fonds convertibles matières premières chez Oddo AM et enfin Olivier Ginguène, responsable de la gestion diversifiée quantitative et ISR chez Pictet & Cie, a permis au public d'appréhender les différentes approches des gérants pour investir cette classe d'actifs, et aussi l'intérêt de faire preuve d'une certaine prudence.
A titre d'introduction, Jean-Claude Guimot, après avoir rappelé les différentes définitions du mot rareté, souvent liée aux matières premières, n'en a pas moins précisé qu'une analyse plus fine était nécessaire. " A propos des matières premières, s'agit-il d'une rareté ou d'une pénurie s'est-il interrogé, rappelant que sur des produits agricoles par exemple, il pouvait y avoir des déséquilibres momentanés qui ne correspondaient pas à un phénomène de rareté." De même, pour Jean-Claude Guimot, il faut également définir si l'analyse porte à court terme ou long terme, si il existe des produits de substitution ou non et si l'on parle de vrai ou de faux prix des produits. " Enfin, a t-il rappelé, il ne faut pas non plus oublier que les investisseurs peuvent déséquilibrer les marchés en question" .
De son coté, Muriel Blanchier est surtout revenue sur les atouts de cette classe d'actifs, notamment dans son rôle de protection face à l'inflation. Avec, en chiffres, des indices diversifiés sur les matières premières corrélés avec le niveau d'inflation, à plus de 70 % aux Etats-Unis (et un peu moins avec l'Europe). Ce qui n'est pas la cas avec un indice classique comme le MSCI Monde (inférieure à 5 %). Autre avantage des matières premières : leur couple rendement/risque est proche de celui des actions mais il existe une très forte décorrélation avec les actions et même une correlation négative avec les obligations et, d'une façon générale, une faible corrélation avec des actifs comme l'immobilier. Dans ce cadre, Olivier Neau a insisté sur le fait que cette classe d'actifs était récente et a rappelé les motivations des investisseurs qui, pour 43 % d'entre eux, s'y intéressent avec un objectif de diversification, contre 31 % qui recherche de la " performance absolue" , 17 %, pour participer à la hausse des marchés émergents et pour le reste, lutter contre l'inflation.
A l'évidence, dans la façon d'aborder la classe d'actifs, les différences sont importantes. Après avoir insisté sur le fait que sa maison ne concevait des produits que lorsqu'elle en voit le besoin Olivier Ginguène a considéré que selon les actifs, l'intérêt d'élaborer un produit pouvait varier. " Pour investir sur l'énergie, un ETF nous semble approprié, a t-il déclaré, contrairement à un fonds investi sur les métaux où l'on peut essayer de créer de la valeur" .

Reste à savoir si la classe d'actifs peut connaître un phénomène de bulle. A ce jeu, Olivier Ginguène a reconnu que les " commodities" pouvaient être considérés comme une classe spéculative. Pour autant, " il peut également s'agir d'une classe d'actifs pour investir à long terme" - un mode d'investissement qui d'ailleurs a clairement les préférences du gérant. Olivier Neau comme Jean-Claude Guimot ont également admis que les matières premières pouvaient être sujets à des mouvements violents de prix. " Un phènomène évident avec la création d'ETF sur des marchés minuscules comme le paladium, et qui font naturellement courir des risques de brusques variations de cours" , a expliqué Jean Claude Guimot. Enfin, pour corroborer l'idée que les variations des cours peuvent être importantes, Olivier Neau a, rappelé que l'encours d'un ETF sur l'or de State Street - sujet à variation donc - était équivalent aux montant des réserves d'or de la banque centrale suisse...

info NEWSManagers

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.