Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Les marchés actions toujours sous pression du variant Omicron
information fournie par TrackInsight06/12/2021 à 11:50

Semaine du 29 novembre au 5 décembre 2021.

Les marchés actions américains n’ont pas réussi à relever la tête cette semaine, avec un rapport sur l’emploi difficile à interpréter. D’un côté, seulement 210 000 emplois auront finalement été créés en novembre, soit un chiffre très inférieur aux prévisions. En revanche, le taux de chômage a baissé un peu plus que prévu, retombant à 4.2%. C’est le seuil le plus bas atteint depuis le début de la pandémie.

Cette donnée plutôt encourageante n’aura pas suffi à freiner le pessimisme ambiant, l’Organisation Mondiale de la Santé annonçant que le nouveau variant Omicron avait désormais été détecté dans 38 pays. L’incertitude sur le degré exact de contagiosité du virus a propulsé l’indice de volatilité VIX-CBOE au-dessus de la barre des 35, pour la première fois depuis plus de 10 mois. Même si la responsable scientifique de l’OMS a invité les populations à ne pas paniquer, la diffusion rapide du variant Omicron a plombé le sentiment de marché, juste au moment où la Réserve Fédérale s’apprête à accélérer le rythme de baisse de ses rachats obligataires.

Le S&P 500 a ainsi perdu -1.22% sur la semaine. Le Dow Jones Industrial Average a lâché -0.91% et le Nasdaq a chuté de -2.62%, la plupart des valeurs technologiques n’étant pas épargnées par la correction en cours. Ce fût une semaine encore plus dure pour les petites capitalisations (Russell 2000 en baisse pour la quatrième semaine consécutive : -3.86%).

Les marchés européens et asiatiques ont clôturé en ordre dispersé. Le MSCI EMU a bandonné -0.49% après avoir dégringolé de -5.19% la semaine dernière. A l’opposé, le FTSE 100 à rebondi de +1.11%. A Tokyo, le Nikkei a de nouveau perdu pied (-2.51%), tandis que le Shanghai composite poursuivait sa remontée avec une quatrième semaine dans le vert (+1.22%).

Du rouge pour une majorité de secteurs

Seuls deux secteurs au sein du S&P 500 ont réussi à rester à flot. Tout d’abord, les services d’utilité publique qui ont été les grands gagnants de ce début du mois de décembre (+0.98% en variation hebdomadaire), effaçant l’intégralité des pertes enregistrées la semaine précédente. Ensuite, l’immobilier qui a également fini en territoire positif, mais avec une petite progression de seulement +0.06%. A l’inverse, les services de communication ont sombré (-2.76%) sous le coup du nouveau plongeon de Meta-Facebook (-7.89%). Le régulateur du marché britannique a en effet forcé le géant des médias à revendre la plateforme Giphy en raison des problèmes concurrentiels posés par leur rapprochement. Parmi les grands perdants de la semaine, on retrouve également les biens de consommation discrétionnaire (-2.36%), secoués par la chute de Tesla (-6.19%) sur fond de cessions continues des parts du fondateur et dirigeant Elon Musk. Les financières ont également été tirées vers le bas (-1.98%) par les valeurs bancaires, fragilisées par l’érosion des rendements des emprunts d’Etat. Le secteur de l’énergie est resté très affaibli (- 0.79%), alors que les prix du pétrole poursuivent leur repli pour la sixième semaine d’affilée (brut WTI en baisse de -2.77%).

Taux en berne

Le rendement du T-Note à 10 ans est tombé de +1.48% à +1.35%, les investisseurs s’interrogeant sur les perspectives économiques à venir, suite à l’apparition du variant Omicron. En Allemagne, le bund à 10 ans a suivi la même tendance en cédant 5 points de base à -0.39%.

Contrairement à la semaine dernière, les obligations d’entreprise de notation « investissement » ont gagné +0.50% en Europe et +0.54% aux Etats-Unis, mettant ainsi un terme à 3 semaines de pertes cumulées. Idem pour les titres à haut rendement (+0.15% en Europe et +0.73% outre-Atlantique). La dette émergente a également repris des couleurs (+0.89% en devises locales) alors que l’indice dollar faisait du surplace. Enfin, l’or s’est effrité de -1.07% (cours spot à 1 783.29 dollars l’once).

Trouvez et comparez plus de 8000 ETF avec notre sélecteur d’ETF .

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.