Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les Kurdes syriens appellent Macron "à faire plus" pour Afrin

Reuters19/02/2018 à 20:16
    PARIS, 19 février (Reuters) - Le représentant en France du 
Kurdistan syrien, Khaled Issa, a appelé lundi Emmanuel Macron "à 
faire plus" pour l'enclave kurde syrienne d'Afrin, visée depuis 
30 jours par une offensive militaire turque, suggérant notamment 
l'envoi d'observateurs français ou internationaux sur place.  
    "Cet acte d'agression met en danger la stabilité et la paix 
dans cette région", a-t-il dit lors d'une conférence de presse à 
Paris. "La France peut faire encore un pas en avant, elle a déjà 
demandé une réunion exceptionnelle du Conseil de sécurité mais 
elle peut faire beaucoup plus". 
    "Concrètement, elle peut - soit tout seule ou dans le cadre 
du Conseil de sécurité - demander d'envoyer des observateurs 
internationaux, que ce soit des français ou une équipe 
internationale", a-t-il ajouté. La France doit également 
demander "l'arrêt total de l'agression et le retrait des Turcs 
de cette région".  
    Lancée le 20 janvier, l'opération militaire turque à Afrin 
est source d'embarras pour les chancelleries occidentales, 
partagées entre leur soutien aux milices kurdes YPG - alliées 
clefs de la coalition internationale sur le terrain dans la 
lutte contre l'Etat islamique - et à Ankara, leur partenaire au 
sein de l'Otan.     
    Paris et Washington ont appelé à plusieurs reprises la 
Turquie - qui accuse le PYD d'être la branche syrienne du PKK 
turc qu'elle considère comme "terroriste" - à la "retenue" et à 
concentrer ses efforts sur la lutte contre les djihadistes de 
l'EI - jusqu'à présent en vain.  
    "Ce qui nous a été présenté, c'est que cette intervention 
était limitée dans le temps et avait pour objectif de sécuriser 
la frontière et de lutter contre tout risque terroriste", a 
déclaré Emmanuel Macron la semaine dernière devant l'Association 
de la presse présidentielle. "Il est clair que cette frontière 
est à risque (...) Nous prenons en considération les intérêts 
sécuritaires de la Turquie qui est un allié." 
    "Pour autant, je ne considère pas que ceux qui sur le 
terrain ont été des alliés de la coalition internationale dans 
la lutte contre Daesh sont abandonnés. Les Américains comme 
nous-mêmes avons eu des engagements très clairs à l'égard du 
soutien aux forces kurdes", a assuré le chef de l'Etat.    
    L'appel de Khaled Issa fait écho à la tribune signée la 
semaine dernière par une quarantaine de sénateurs français 
exhortant à "briser le silence assourdissant" de la communauté 
internationale "face à cette guerre d'agression".  
    "Nous appelons la France à élever la voix et à user de toute 
son influence au Conseil de sécurité de l'Onu et en Europe pour 
exiger le retrait de l'armée turque et l'arrêt immédiat de 
l'intervention à Afrin", ont écrit les signataires.  
    Une manifestation s'est parallèlement tenue samedi à 
Strasbourg où plusieurs milliers de Kurdes venus principalement 
de France et d'Allemagne ont manifesté notamment pour 
interpeller la communauté internationale sur le sort d'Afrin 
 .  
 
 (Marine Pennetier, édité par Julie Carriat) 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.