1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les grandes étapes de l'affaire Carlos Ghosn
AFP09/09/2019 à 16:01

Carlos Ghosn, patron déchu de l'alliance automobile Renault-Nissan-Mitsubishi Motors ( AFP / Kazuhiro NOGI )

Principaux événements depuis la première arrestation en novembre 2018 au Japon de Carlos Ghosn, patron déchu de l'alliance automobile Renault-Nissan-Mitsubishi Motors, jusqu'à la chute de Hiroto Saikawa, son successeur à la tête de Nissan.

- Arrestation - 

Le 19 novembre 2018, Carlos Ghosn est arrêté à son atterrissage à Tokyo, avec son bras droit Greg Kelly. Ils sont placés en garde à vue.

Le dirigeant franco-libano-brésilien, 65 ans, est soupçonné d'avoir omis de déclarer une grande partie de ses revenus aux autorités boursières entre 2010 et 2015.

- Révoqué par Nissan et Mitsubishi - 

Le 20 novembre, le conseil d'administration (CA) de Renault confie provisoirement la direction exécutive du groupe à son numéro deux, Thierry Bolloré. 

Carlos Ghosn est révoqué de la présidence du CA de Nissan deux jours plus tard.

L'Américain Greg Kelly, ancien bras droit de Carlos Ghosn, lui aussi arrêté puis libéré sous caution en décembre 2018 ( AFP / Kazuhiro NOGI )

Le 26 novembre, le CA de Mitsubishi Motors limoge à son tour M. Ghosn. Les gouvernements français et japonais réaffirment leur soutien à l'alliance.

Le 10 décembre, MM. Ghosn et Kelly sont inculpés pour dissimulation de revenus en 2010-2015. 

Le 13, le CA de Renault confirme Carlos Ghosn à son poste de PDG, arguant de la présomption d'innocence.

- Nouveau mandat d'arrêt - 

Le 21 décembre, nouvelles accusations: Carlos Ghosn est notamment soupçonné d'avoir tenté de faire couvrir par Nissan des pertes sur des investissements personnels lors de la crise économique de 2008, ce qu'il dément. 

Greg Kelly est libéré sous caution le 25 décembre.

Le 8 janvier 2019, Carlos Ghosn affirme devant le tribunal de Tokyo avoir été "faussement accusé et détenu de manière injuste".

- Départ de Renault -

Le 11 janvier, M. Ghosn est mis en examen pour abus de confiance et pour avoir minoré ses revenus dans des rapports boursiers de Nissan entre 2015 et 2018.

Siège du constructeur automobile Renault à Boulogne Billancourt, près de Paris ( AFP / ERIC PIERMONT )

Le 22, rejet d'une demande de libération sous caution de M. Ghosn. Le lendemain, il démissionne de la présidence de Renault. 

Le CA du constructeur français intronise un tandem pour le remplacer: le patron de Michelin, Jean-Dominique Senard, prend la présidence et Thierry Bolloré la direction générale.

- "Bénéfice personnel" à Versailles -

Le 31 janvier, interrogé par l'AFP et les Echos dans sa prison, Carlos Ghosn dénonce "un complot" ourdi par Nissan pour empêcher un projet d'intégration plus poussée avec Renault.

En février, Renault signale à la justice que son ancien patron a reçu pour son "bénéfice personnel" - l'organisation de son mariage en octobre 2016 - un avantage en nature de 50.000 euros dans le cadre d'une convention de mécénat signée avec le Château de Versailles en 2016.

La justice ouvre une enquête préliminaire le 11 mars.

- Libération sous caution -

Le 13 février, le principal avocat de Carlos Ghosn se retire du dossier. Il est remplacé par l'avocat vétéran Junichiro Hironaka.

Le 5 mars, un juge accepte la libération de l'ex-PDG sous caution d'un milliard de yens (8 millions d'euros) et avec interdiction de quitter le Japon.

- Nouvelle inculpation -

Fin mars, Renault signale à la justice plusieurs millions d'euros de paiements suspects, via la société distribuant les véhicules du groupe à Oman.

Le 4 avril, le parquet japonais arrête de nouveau M. Ghosn. Le bureau des procureurs affirme que 5 millions de dollars ont été utilisés pour son bénéfice personnel.

Le 22 avril, Carlos Ghosn est de nouveau inculpé, pour abus de confiance aggravé.

Le 25 avril, il est libéré sous caution sous strictes conditions. 

Les demandes subséquentes d'assouplissement de son contrôle judiciaire, pour lui permettre de voir sa femme, sont rejetées par le juge.

- Nouvelles dépenses suspectes - 

Le 4 juin, les résultats d'un audit interne mené par Renault et Nissan au sein de leur filiale néerlandaise RNBV révèlent 11 millions d'euros de dépenses suspectes engagées par Carlos Ghosn. Renault projette d'engager des poursuites aux Pays-Bas.

En France, une enquête préliminaire a été ouverte le 31 mai au sujet de contrats entre RNBV et des consultants.

- Le poulain Saikawa rattrapé -

Le successeur de Carlos Ghosn à la tête de Nissan, Hiroto Saikawa, a annoncé le 9 septembre 2019 qu'il quittait le groupe ( AFP / Behrouz MEHRI )

Le 9 septembre, le successeur de Carlos Ghosn à la tête de Nissan, Hiroto Saikawa, annonce qu'il quitte le groupe, moins d'un an après avoir été le fossoyeur de son mentor.

Il avait reconnu quelques jours plus tôt avoir empoché des revenus indus.

burx-kap/uh/pcm

Valeurs associées

Tradegate +1.84%
Tradegate -0.95%
Euronext Paris +1.03%
Euronext Paris -0.05%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer