Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les Etats-Unis mènent la reprise, la zone euro inquiète

Reuters 06/11/2014 à 12:13

L'OCDE SOULIGNE LA LENTE REPRISE DE L'ÉCONOMIE MONDIALE

PARIS (Reuters) - L'économie mondiale continue de se redresser très progressivement, par la faute d'une zone euro stagnante et du ralentissement de certains grands émergents qui freinent une reprise menée par les Etats-Unis, estime l'OCDE.

La zone euro reste désespérément à la traîne du reste du monde, au point que l'Organisation de coopération et de développement économiques presse la Banque centrale européenne (BCE) d'honorer sa promesse "de faire tout ce qu'il faut" pour soutenir son économie en lançant un programme d'achats de titres de dette souveraine.

Elle lance cet appel à l'occasion de la publication de chiffres préliminaires pour ses prévisions économiques d'automne attendues à la fin du mois, un exercice qui porte uniquement sur les pays du G20 avant leur sommet annuel de Brisbane la semaine prochaine.

Elle ne revoit que légèrement en baisse ses dernières prévisions de mai pour la croissance mondiale, qui atteindrait 3,3% cette année avant 3,7% en 2015 (contre 3,4% et 3,9% prévu précédemment) puis 3,9% en 2016.

"L'économie globale continue d'avancer à petite vitesse", a déclaré à Reuters Catherine Mann, la nouvelle responsable américaine des études économiques de l'OCDE.

"Même avec une croissance de 3,9% attendue en 2016, on reste un demi-point en dessous de la tendance historique", a-t-elle ajouté.

Pour les Etats-Unis, l'OCDE prévoit une croissance qui accélérerait de 2,2% cette année à 3,1% l'an prochain, l'amélioration du marché du travail profitant à la consommation.

Avec un tel rythme, la Réserve fédérale américaine commencera à relever ses taux à partir de mi-2015, prévoit l'OCDE, tout en mettant en garde contre le risque de turbulences collatérales sur des économies émergentes.

L'embellie outre-Atlantique contraste avec la situation dans la zone euro, où l'OCDE voit toujours une croissance limitée à 0,8% cette année et 1,1% en 2015 en dépit d'un ralentissement de la consolidation budgétaire chez plusieurs de ses membres.

"PÉRIODE PROLONGÉE DE STAGNATION"

A ses yeux, le risque est aujourd'hui celui d'une "période prolongée de stagnation" dans les pays de la monnaie unique européenne et la BCE doit se lancer dans des opérations d'"assouplissement quantitatif" à l'américaine pour y faire face.

Malgré sa promesse de faire "tout ce qu'il faut" pour stabiliser la zone euro, le président de la BCE Mario Draghi n'a pas voulu à ce stade annoncer des programmes de rachats massifs de dettes d'Etat comme ceux dont la Fed vient d'annoncer l'arrêt ou que mène encore la Banque du Japon.

"Une stratégie d'achat d'obligations souveraines est un défi pour la BCE en raison de sa structure et de ses règlements", concède Catherine Mann.

"Mais si vous dites que vous ferez tout ce qui est nécessaire, il faut y penser", a-t-elle ajouté.

S'agissant du Japon, l'OCDE estime que la Banque du Japon doit aller de l'avant dans sa politique de stimulation monétaire exceptionnelle, dont elle vient d'augmenter l'intensité, jusqu'à ce que ses objectifs d'inflation soient atteints de façon durable.

L'organisation ne prévoit que 0,9% de croissance cette année au Japon puis 1,1% l'an prochain grâce à l'affaiblissement du yen provoqué par cette politique, qui profitera aux exportations.

Catherine Mann estime aussi que Tokyo ne doit pas renoncer à une nouvelle hausse de la TVA l'an prochain pour encourager les consommateurs à anticiper leurs achats.

Du côté des grands émergents, l'OCDE revoit en légère baisse ses prévisions pour la Chine, à 7,3% de croissance cette année puis 7,1% en 2015 (contre respectivement 7,4% et 7,3% précédemment).

Elle change à peine ses perspectives sur le Brésil, revues en forte baisse à la mi-septembre (0,3% de croissance en 2014 puis 1,5% en 2015) et anticipe désormais une croissance nulle l'an prochain en Russie sous les effets combinés de la baisse des matières premières et des sanctions liées à son différend avec l'Ukraine.

(Leigh Thomas, avec Yann Le Guernigou, édité par Dominique Rodriguez)

Mes listes

valeur

dernier

var.

0.268 +516.09%
49.98 +0.24%
102.2 -8.46%
5.818 -1.26%
39.37 -3.36%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.