Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les Etats-Unis bientôt 1er producteur mondial de pétrole

Reuters11/10/2013 à 17:06

LES ÉTATS-UNIS EN PASSE DE DEVENIR LE PREMIER PRODUCTEUR MONDIAL DE PÉTROLE

par Dmitry Zhdannikov

LONDRES (Reuters) - Les Etats-Unis raviront l'an prochain à la Russie la place de premier producteur mondial de pétrole grâce à l'exploitation des schistes bitumineux, qui ont chamboulé la donne énergétique, prédit vendredi l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

Selon des estimations américaines publiées il y a quelques jours, la croissance spectaculaire de ce secteur a déjà permis aux USA de céder la place de premier importateur mondial à la Chine.

En retrouvant le rang de premier producteur mondial qu'ils occupaient avant les années 1970, les Etats-Unis rebattront les cartes de la géopolitique du pétrole. Cette nouvelle donne pourrait jouer sur leurs relations avec l'Arabie saoudite, allié de longue date et premier pays producteur de l'Opep.

De grands pays producteurs comme la Russie sont aujourd'hui contraints d'investir des milliards de dollars dans de nouveaux oléoducs vers l'Asie faute de pouvoir compter suffisamment sur la demande des pays occidentaux, et doivent composer avec une Chine de plus en plus sûre d'elle.

"Avec une production, sans précédent depuis des décennies, de plus de 10 millions de barils par jour au cours des deux derniers trimestres, les Etats-Unis sont en passe de devenir le premier producteur de (carburants) liquides hors Opep au deuxième trimestre 2014, détrônant la Russie, sans même tenir compte des biocarburants et des progrès du raffinage", dit l'AIE dans son rapport mensuel.

L'agence basée à Paris, qui dépend de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), estime que la production américaine de carburants liquides atteindra en moyenne 11 millions de bpj en 2014, contre 10,86 millions pour la Russie.

HAUSSE DE LA DEMANDE EN EUROPE

Cette hausse de la production américaine va faire progresser en moyenne celle des Etats non-membres de l'Opep de 1,7 million de bpj en 2014, avec un pic de 1,9 million attendu au deuxième trimestre, soit le plus fort taux de croissance annuel de la production pétrolière hors Opep depuis les années 1970.

Cette augmentation spectaculaire permettra de compenser l'instabilité de la production de l'Opep et d'éviter une flambée du prix du baril, qui aurait pu sans cela dépasser largement son cours actuel de 110 dollars.

Pour la première fois en près de deux ans, la quantité de pétrole produite par les pays de l'Opep est tombée en dessous de 30 millions de bpj, en raison de fortes baisses des exportations libyennes et irakiennes, dues à des troubles politiques et à des réparations de terminaux. Ceci s'est produit malgré une hausse de la production de l'Arabie saoudite, à plus de 10 millions de bpj pour le troisième mois consécutif.

La croissance de la production hors Opep conduit l'AIE à revoir en baisse de 100.000 bpj en moyenne ses prévisions pour la demande de brut de l'Opep en 2014, à 29 millions de bpj, soit un million de bpj de moins que le niveau de production actuel de l'organisation.

L'AIE maintient sa prévision de croissance de la demande mondiale pour 2014 à 1,1 million de bpj, soit une hausse de 1,2%. "Les chiffres de la demande européenne ont surpris à la hausse récemment dans un contexte de fin de récession dans la zone euro au deuxième trimestre 2013 et de signes d'amélioration de la confiance des entreprises", dit-elle.

En revanche, ajoute l'AIE, la demande pourrait baisser en raison du blocage budgétaire aux Etats-Unis et de la dépréciation des devises de plusieurs puissances émergentes.

Des observateurs cités par l'organisation ne s'attendent pas non plus à un assouplissement rapide des sanctions frappant les exportations iraniennes, malgré une rhétorique plus conciliante des nouvelles autorités de la République islamique.

L'AIE estime que la production iranienne de brut a baissé de 100.000 bpj en septembre, à 2,58 millions de bpj.

Les exportations de l'Iran ont en revanche rebondi de 180.000 bpj, à 1,17 million, grâce à des achats plus soutenus de la Chine et de l'Inde. Le Pakistan a également importé du pétrole iranien pour la première fois depuis janvier 2011.

Jean-Philippe Lefief et Jean-Stéphane Brosse pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Mes listes

valeur

dernier

var.

35.48 0.00%
4.375 0.00%
548.6 0.00%
8.9 0.00%
1.075 0.00%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.