Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les Equatoriens ferment la porte à un retour au pouvoir de Correa
Reuters05/02/2018 à 02:31

    par Alexandra Valencia 
    QUITO, 5 février (Reuters) - Consultés dimanche par 
référendum, les électeurs équatoriens ont largement approuvé une 
proposition empêchant la réélection illimitée dans le temps du 
chef de l'Etat, fermant la porte à un éventuel retour au pouvoir 
de l'ancien président Rafael Correa, selon un premier décompte 
du Conseil national électoral. 
    La présidente du CNE, Nubia Villacís, a précisé devant la 
presse que la proposition avait été validée à 64,3% des 
suffrages exprimés. 
    Elu en mai dernier à la présidence, Lenin Moreno, ex-allié 
de Rafael Correa, avait proposé cette révision 
constitutionnelle, estimant qu'elle consoliderait la démocratie 
dans le pays andin. 
    "Les vieux politiciens ne reviendront pas, ils ont 
l'obligation de se renouveler", a-t-il commenté dans les minutes 
ayant suivi l'annonce de la victoire du "oui". 
    Durant la campagne, Moreno avait expliqué que "la corruption 
s'installe quand il n'existe qu'un seul gouvernement qui pense 
pouvoir rester éternellement". 
    Rafael Correa, président de 2007 à 2017, reste en partie 
populaire grâce à sa politique de redistribution des richesses 
en faveur des plus pauvres.  
    Depuis qu'il a quitté le pouvoir, l'ancien chef d'Etat vit à 
Bruxelles avec son épouse belge. Il est retourné plusieurs fois 
en janvier à Quito pour faire campagne en faveur du "non", 
qualifiant son successeur de "traître" cherchant à le détruire 
politiquement.  
    Six autres mesures étaient soumises à l'approbation des 
Equatoriens, parmi lesquelles de nouvelles mesures 
anti-corruption pour limiter l'exploitation minière et 
pétrolière pour préserver l'environnement.  
 
 (Jean-Stéphane Brosse et Henri-Pierre André pour le service 
français) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer