Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les Emirats jugent irrecevable l'offre sur le Rafale

Reuters16/11/2011 à 20:54

DUBAI/PARIS (Reuters) - L'avion de combat Rafale a paru enregistrer mercredi un nouveau revers, les Emirats arabes unis jugeant non compétitive et irréalisable l'offre du constructeur Dassault Aviation portant sur la vente de 60 appareils.

De source française proche du dossier à Paris, on souligne toutefois qu'on ne peut parler d'échec et que les négociations se poursuivent.

Le contrat, en discussion depuis pratiquement un an, a suscité des doutes en début de semaine quand il est apparu que les Emirats arabes unis s'étaient renseignés sur un avion concurrent, le Typhoon construit par le consortium Eurofighter.

"Grâce au président Sarkozy, la France n'aurait pas pu en faire plus sur le plan diplomatique ou politique pour faire aboutir un accord sur le Rafale", dit dans un communiqué le prince héritier d'Abou Dhabi, le cheikh Mohammed bin Zayed.

"Malheureusement, Dassault semble ne pas avoir conscience que toutes les bonnes volontés politiques et diplomatiques du monde ne peuvent permettre de surmonter des termes commerciaux qui ne sont pas compétitifs et à partir desquels on ne peut travailler."

Mais selon la source française, "les négociations continuent, il n'y a pas d'échec".

"On est tous persuadés que le Rafale, utilisé en Libye et en Afghanistan, est un excellent avion", a-t-elle ajouté.

Les dirigeants de Dassault Aviation n'ont pu être joints.

Le cours du titre Dassault Aviation a cédé 7,06% mercredi à la Bourse de Paris.

"ARROGANCE"

De source gouvernementale émiratie proche de l'opération, on met l'impasse actuelle sur le compte de l'"arrogance" de Dassault.

"Il y a une frustration commune à la fois chez les EAU et les dirigeants français concernant ce qui s'apparente à de l'arrogance chez Dassault", explique-t-on.

"Au lieu d'utiliser la force des relations bilatérales pour conclure l'accord, ils essaient de l'utiliser pour tenir bon sur le prix et sur une structure qui n'a pas changé depuis plus d'un an et qui a été significativement améliorée par tous les concurrents".

Le général Jean-Paul Palomeros, chef d'état-major de l'armée de l'air française, a indiqué lundi que l'armée de l'air des Emirats était "très enthousiaste" sur le Rafale. Le ministre français de la Défense, Gérard Longuet, avait affirmé il y a un mois que la négociation était dans sa phase "finale".

De retour à Paris après un séjour à Dubaï, il s'est voulu confiant sur les qualités du Rafale, que Dassault n'a pas vendu à l'étranger.

"Il n'est pas plus cher qu'Eurofighter, moins cher que les produits américains, donc je crois que les Rafale se vendront", a-t-il estimé lors d'une rencontre avec l'Association des journalistes de défense.

Gérard Longuet n'a pas voulu donner de date concernant un éventuel aboutissement. "Si le vendeur est pressé il vend mal, si l'acheteur est pressé, il achète mal", a-t-il résumé.

Quoi qu'il en soit, après les informations qui ont émergé sur Eurofighter, l'appel d'offres aux Emirats semble ouvert à la concurrence, y compris aux chasseurs de l'américain Boeing. Le groupe américain a dit avoir récemment présenté ses F-15 et F-18 aux EAU.

Le Rafale est plus développé que les chasseurs de quatrième génération mais est en retard par rapport aux avions multirôles de la cinquième génération, tels le F-35 Lightning II de Lockheed Martin.

Le Rafale et le Typhoon ont été tous deux utilisés en Libye lors de l'intervention de l'Otan qui a aidé au renversement de Mouammar Kadhafi.

L'Eurofighter est fabriqué par le britannique BAE Systems, l'italien Finmeccanica et le groupe EADS.

Reed Stevenson et Praveen Menon avec Tim Hepher, Elizabeth Pineau et John Irish à Paris, Benoit Van Overstraeten et Danielle Rouquié pour le service français, édité par Gilles Trequesser


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.