Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les discussions sur la succession avancent péniblement chez Thales

Reuters18/12/2014 à 20:04

LABORIEUSES DISCUSSIONS ENTRE L'ÉTAT ET DASSAULT POUR TROUVER LE PROCHAIN PATRON DE THALES

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Les discussions entre l'Etat et Dassault Aviation peinent à aboutir pour régler la question de la succession à l'ancien PDG de Thales Jean-Bernard Lévy, deux mois après l'annonce de son départ pour EDF, a-t-on appris de sources proches du dossier.

Le secrétaire général Philippe Logak assure depuis fin novembre l'intérim à la tête de l'équipementier d'aérospatiale et de défense.

Charles Edelstenne, le numéro deux du Groupe industriel Marcel Dassault (GIMD), actionnaire majoritaire de Dassault Aviation, a rencontré mercredi le Premier ministre Manuel Valls pour discuter de ce sujet, a déclaré à Reuters une source, qui a requis l'anonymat.

Matignon n'a pas commenté cette information. L'Etat détient 26,4% de Thales et Dassault Aviation 25,3%.

"Il avait été dit qu'un choix serait fait si possible avant Noël, il y a toujours un espoir qu'il y ait un accord", a déclaré une source proche du dossier.

Ni Thales ni la holding de Dassault n'étaient immédiatement disponibles pour commenter, tandis que Bercy n'a pas souhaité faire de commentaire.

Le PDG de Dassault Aviation Eric Trappier a reconnu que le processus était long et que le plus tôt serait le mieux pour une décision, tout en soulignant que la fenêtre pour y parvenir d'ici la fin de l'année était désormais très réduite, à quelques jours des vacances de Noël.

REDÉMARRAGE DU PROCESSUS

Le processus a dû redémarrer après avoir quasiment abouti sur un choix consensuel, a-t-il expliqué mercredi à des journalistes lors de la présentation du Falcon 8X, le nouvel avion d'affaires de Dassault Aviation.

"Nous en avions trouvé un qui plaisait à tout le monde. Maintenant il faut en retrouver un autre qui plaît à tout le monde et qui est capable de conduire la maison, car il y a de grandes ambitions pour Thales", a dit Eric Trappier.

Il a souligné que les positions entre les deux principaux actionnaires n'étaient pas très éloignées.

"Sur la stratégie, il n'y a aucune différence entre l'Etat et nous", a-t-il dit.

"C'est sur le casting qu'il faut se mettre d'accord sur un nom, sur plusieurs noms, sur des formules, sur des équilibres. Tant qu'il n'y a pas d'accord, il y a un débat sur tout", a-t-il ajouté, faisant notamment allusion à la possibilité de retenir soit un PDG soit un tandem pour succéder à Jean-Bernard Lévy.

Selon plusieurs sources, L'Etat serait favorable à Patrice Caine, actuel numéro deux du groupe nommé par Jean-Bernard Lévy, tandis que Dassault préférerait Pierre-Eric Pommellet, responsable des systèmes de mission de défense de Thales.

"La réalité est plus complexe", a toutefois observé Eric Trappier, sans vouloir fournir plus de précisions.

Selon une autre source industrielle, les discussions n'avanceraient guère entre les deux actionnaires, qui avaient déjà eu du mal à se mettre d'accord fin 2012 sur la succession de Luc Vigneron, le prédécesseur de Jean-Bernard Lévy.

"Les situations se crispent parce qu'il y a eu des aspects psychologiques pas très bien gérés", a expliqué cette source.

Dassault, qui n'avait pas été informé directement de la décision de l'Etat de nommer Jean-Bernard Lévy à la tête d'EDF, avait alors fait part de son irritation.

Safran, l'autre grand équipementier d'aérospatiale et de défense français, dont l'Etat détient 22%, a, lui, pris les devants en nommant dès le début décembre un tandem pour succéder au PDG Jean-Paul Herteman fin avril.

(Avec Julien Ponthus, édité par Jean-Michel Bélot)

Mes listes

valeur

dernier

var.

4.758 -0.59%
25.06 +1.70%
56.5 +1.07%
1.345 0.00%
13669.56 -0.56%
204.65 -0.29%
7.034 +3.05%
8.94 -0.67%
12259 +0.44%
0.419 +1.82%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.