1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Devenez membre - Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les créanciers intransigeants sur le déficit du Portugal
Reuters04/10/2013 à 01:35

LES CRÉANCIERS INTRANSIGEANTS SUR LE DÉFICIT DU PORTUGAL

LISBONNE (Reuters) - Les créanciers internationaux du Portugal ont accordé jeudi un satisfecit à Lisbonne en notant des signes de reprise économique mais ils ont rejeté les demandes d'assouplissement des objectifs budgétaires du gouvernement.

Le gouvernement portugais espérait obtenir de l'Union européenne et du Fonds monétaire international, à l'occasion de leur mission d'évaluation de cette semaine, qu'ils acceptent de revoir à 4,5% l'objectif de déficit pour 2014, au lieu de 4,0%.

Il n'a pas obtenu gain de cause.

"Le programme demeure globalement sur les rails, avec des autorités déterminées à tenir leurs objectifs", ont commenté les créanciers dans un communiqué.

"Tant que les autorités font preuve de constance dans l'application de leur programme, les Etats membres de la zone euro se sont engagés à soutenir le Portugal jusqu'à ce qu'il puisse totalement revenir sur les marchés."

Les premiers signes de reprise économique ont convaincu le gouvernement et les créanciers de relever la prévision de croissance de 2014 à 0,8% au lieu de 0,6%, et la contraction du produit intérieur brut (PIB) pour cette année a été ramenée de 2,3% à 1,8%.

Le programme d'aide de 78 milliards d'euros qu'a obtenu Lisbonne expire à la mi-2014 mais beaucoup d'économistes estiment que le pays aura encore besoin d'assistance après cette échéance, éventuellement par le biais de prêts de l'UE.

La mission d'évaluation de l'UE et du FMI est intervenue dans un contexte délicat après la crise politique de cet été, provoquée par le mécontentement contre l'austérité, qui a failli faire tomber le gouvernement en juillet.

Les créanciers ont d'ailleurs mis en garde Lisbonne contre les conséquences de l'instabilité, notant qu'il sera difficile d'attirer les investisseurs si les autorités ne sont pas capables d'appliquer leur politique.

Si la Cour constitutionnelle devait invalider d'autres mesures d'austérité, comme elle l'a fait cet été, la révision du projet de budget 2014 "affaiblirait les perspectives d'un retour durable sur les marchés financiers", ont prévenu l'UE et le FMI dans leur communiqué.

La ministre portugaise des Finances, Maria Luis Albuquerque, a indiqué que Lisbonne pourrait émettre des obligations souveraines dès cette année et entendait reprendre ses émissions régulières l'année prochaine.

"Nous sommes encore dans une période d'incertitude qui, grâce à l'annonce d'aujourd'hui, va sensiblement se réduire", s'est-elle félicitée. "L'incertitude est ce que les marchés financiers aiment le moins."

Sur le marché obligataire, le rendement de la dette portugaise à dix ans a reculé de 6,80% à 6,64% jeudi après le satisfecit accordé par les créanciers de Lisbonne.

Le Portugal, exsangue après deux ans et demi de récession, est confronté à sa pire crise économique depuis les années 1970 mais a renoué avec une croissance positive au deuxième trimestre.

Sergio Goncalves et Daniel Alvarenga, Véronique Tison et Tangi Salaün pour le service français

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer