Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les créanciers d'Athènes n'obtiendront pas plus, dit Vénizelos

Reuters05/03/2012 à 19:21

EVANGELOS VÉNIZELOS MET LA PRESSION SUR LES CRÉANCIERS PRIVÉS DE LA GRÈCE

par Dina Kyriakidou

ATHÈNES (Reuters) - Les créanciers privés de la Grèce n'ont pas intérêt à bouder l'offre d'échange de titres dont dépend le deuxième plan d'aide à Athènes car il s'agit de la meilleure offre qu'ils puissent espérer, a prévenu lundi le ministre grec des Finances, Evangelos Vénizelos.

Dans un entretien à Reuters à trois jours de l'expiration de cette offre d'échange d'obligations soumise aux créanciers privés ("PSI"), il a expliqué que les modalités de cet accord, conclu il y a deux semaines après des mois de négociations complexes, étaient favorables à toutes les parties.

Et il a ajouté que la Grèce n'hésiterait pas à prendre des mesures coercitives à l'encontre des porteurs de titres qui la rejetteraient.

"Quiconque pense qu'il sera remboursé intégralement s'il s'abstient se trompe", a-t-il dit. "Nous sommes prêts à activer des CAC (des clauses d'action collective imposant des pertes aux créanciers, NDLR) si c'est nécessaire", a-t-il dit.

L'accord soumis aux créanciers prévoit une perte de 53,5% de la valeur faciale des obligations concernées, qui équivaut à une décote réelle de 73 à 74% si l'on prend en compte les intérêts futurs. Il s'inscrit dans le cadre d'un plan plus large impliquant la zone euro et le Fonds monétaire international (FMI) destiné à réduire le fardeau de la dette grecque d'une centaine de milliards d'euros.

Evangelos Vénizelos a dit croire que le taux d'acceptation dépasserait 90%, grâce entre autres aux modalités prévoyant l'émission de nouveaux titres relevant du droit britannique (plus favorable aux créanciers), un lien entre le taux d'intérêt servi et la croissance de l'économie grecque et l'assurance de voir les porteurs des nouveaux titres traités sur un pied d'égalité avec les créanciers publics.

"Notre objectif, c'est une participation quasi-intégrale", a-t-il dit. "Personne ne devrait imaginer qu'il y aura une deuxième offre incluant ces éléments."

Il a reconnu qu'il était pour l'instant impossible de chiffrer le taux de participation.

"DES ENGAGEMENTS SONT DES ENGAGEMENTS"

La Grèce a déclaré qu'elle souhaitait atteindre un taux de 90%. Si le taux est inférieur à ce seuil mais supérieur à 75%, des consultations avec l'Union européenne et le FMI devront s'engager pour chercher le moyen de combler l'écart. Sous le seuil de 75%, l'opération sera un échec et précipitera la zone euro dans une nouvelle phase de la crise.

Douze banques, compagnies d'assurances et gestionnaires de fonds figurant parmi les principaux créanciers privés d'Athènes ont annoncé lundi qu'ils apporteraient leurs titres à l'échange. Parmi eux figurent BNP Paribas, Deutsche Bank, National Bank of Greece, Allianz et Greylock Capital Management.

Evangelos Vénizelos, l'un des favoris pour prendre la tête du parti socialiste grec (Pasok) lors du scrutin interne du 18 mars, a déclaré que l'accord de 130 milliards d'euros conclu le mois dernier engageait la Grèce à prendre des mesures difficiles d'austérité et à engager des réformes.

Les élections législatives anticipées prévues au printemps ne remettront pas en cause cet engagement car les principaux partis de la coalition gouvernementale actuelle se sont engagés par écrit à l'honorer, a-t-il ajouté.

"Des signatures sont des signatures, des engagements sont des engagements", a-t-il dit.

Dans les sondages, le ministre des Finances se classe au deuxième rang du classement des personnalités susceptibles de prendre la tête d'un prochain gouvernement, derrière Antonis Samaras, le leader du parti de droite Nouvelle Démocratie.

Il a par ailleurs confirmé que l'économie grecque resterait en récession en 2012, pour la cinquième année consécutive, et que le PIB ne renouerait avec la croissance qu'en 2013.

Ce professeur de droit constitutionnel arrivé à la tête du ministère des Finances en juin s'est dit confiant dans le maintien de la Grèce au sein de la zone euro.

"Les élections ne sont pas un problème", a-t-il assuré. "Les gens vont choisir comment ils veulent voir leur pays gouverné dans le respect des engagements qu'il a pris vis-à-vis de ses partenaires."

Marc Angrand pour le service français, édité par Jean Décotte


Mes listes

valeur

dernier

var.

106.15 +0.05%
1.223 +0.19%
69.14 +0.44%
8.1 -7.95%
3.005 -0.66%
0.385 -3.51%
219.2 +0.74%
75.92 -0.21%
17.655 -0.62%
51.84 +1.33%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.