Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les coûts d'emprunt reculent dans la zone euro malgré Moody's

Reuters14/02/2012 à 19:06

LES COÛTS D'EMPRUNT RECULENT DANS LA ZONE EURO MALGRÉ LA DÉCISION DE MOODY'S

par Valentina Za

MILAN (Reuters) - Les coûts d'emprunt à trois ans de l'Etat italien sont tombés lors d'une adjudication mardi à leurs plus bas depuis mars, en dépit d'un abaissement de la note souveraine du pays la veille, les prêts bon marché de la BCE soutenant toujours la demande sur le marché de la dette.

L'Espagne - qui figure aussi parmi les six pays de la zone euro déclassés lundi soir par l'agence Moody's - et la Belgique ont également vu leurs coûts de financement se replier lors d'une série d'adjudications dans la matinée. Même la Grèce, qui risque de se retrouver en défaut le mois prochain, a réussi à placer du papier à trois mois.

Madrid a adjugé plus de 5 milliards d'euros de bons du Trésor lors d'une émission de dette sursouscrite plus de deux fois, malgré un abaissement de deux crans de sa note souveraine, tandis que le rendement moyen du papier belge à un an est ressorti à moins de 1,0%, à un plus bas depuis septembre 2010.

L'Etat italien a adjugé 6,0 milliards d'euros de dette à moyen terme, un montant qui se situe tout en haut de la fourchette annoncée, un résultat rassurant après la très faible demande observée lors d'une adjudication de dette à un an lundi. Mardi, le ratio de couverture de l'adjudication s'élevait au minimum à 1,4, contre 1,2 un mois plus tôt et pour un montant moindre.

Cette adjudication porte à 35,4 milliards d'euros le montant des obligations émises cette année par l'Italie. Le pays a ainsi déjà refinancé plus du tiers des 90 milliards d'euros d'obligations arrivant à échéance et qui doivent être remboursées ou reconduites entre février et fin avril.

"C'était une bonne série de résultats. Des bons ratios de couverture, des rendements en recul comparé aux dernières adjudications de ce type", commente Lyn Graham-Taylor, chez Rabobank à Londres.

"Les effets positifs nés de l'opération de refinancement à long terme de décembre et de celle à venir se poursuivent."

Les rendements du papier italien et espagnol ont en effet nettement reculé depuis que la Banque centrale européenne (BCE) a inondé les marchés en prêtant aux banques près de 500 milliards d'euros à trois ans fin décembre (opération dite LTRO).

L'anticipation d'une deuxième opération de ce type prévue le 29 février continue de soutenir la demande pour les titres souverains, que les banques peuvent utiliser comme collatéral pour les prêts bon marché de la BCE.

Cette deuxième opération pourrait conduire les banques à lui emprunter 500 milliards d'euros à la fin de ce mois, selon une récente enquête de Reuters auprès de professionnels des marchés.

"FALSIFICATION"

L'Italie a vendu pour 4 milliards d'euros d'obligations à trois ans à un rendement moyen de 3,41%, en net recul par rapport aux 4,83% constatés lors de la dernière adjudication de ce type un mois plus tôt.

C'est un plus bas atteint en adjudication depuis mars, avant que l'Italie ne devienne une cible de premier rang de la crise de la dette de la zone euro. Aussitôt après l'opération, les rendements italiens se sont aussi repliés sur le marché secondaire, effaçant une progression modérée constatée après le déclassement de l'agence Moody's.

Madrid a vendu pour 5,4 milliards d'euros de bons à 12 et 18 mois, servant pour l'emprunt à un an un rendement de 1,9%, en légère baisse par rapport à une adjudication précédente et contre 2,2% servis par l'Italie la veille pour du papier de même échéance.

"Le surplus de liquidités émis par la BCE falsifie les fondamentaux (...) c'est pourquoi selon nous l'Espagne et l'Italie s'en tirent ainsi de ces adjudications", analyse Lyn Graham-Taylor de Rabobank.

"Nous pensons que cela n'est pas viable et que les effets du LTRO ('long term refinancing operation') vont commencer à s'émousser."

De son côté, la Belgique a consenti un rendement de 0,89% pour emprunter à un an lors d'une émission de papier à trois et 12 mois, un plus bas depuis septembre 2010 à comparer à 1,16% le mois dernier.

La Grèce, qui doit encore s'assurer un deuxième plan de sauvetage de 130 milliards d'euros jugé nécessaire pour éviter sa faillite en mars, a quant à elle placé 1,3 milliard d'euros de papier à trois mois à 4,6%, un rendement stable par rapport au mois dernier.

Avec Nigel Davies à Madrid et Philip Blenkinsop à Bruxelles, Natalie Huet pour le service français, édité par Danielle Rouquié

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.