Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les constructeurs plus légitimes pour la voiture autonome

Reuters17/12/2015 à 08:07

LES CONSTRUCTEURS PLUS LÉGITIMES POIUR LA VOITURE AUTONOME

PARIS (Reuters) - Les automobilistes sont en majorité prêts à acheter ou utiliser une Google Car ou une Apple Car, quand ces voitures autonomes seront commercialisées, mais ils sont encore plus nombreux à estimer qu'il revient aux constructeurs automobiles actuels de faire évoluer les véhicules traditionnels, selon une étude publiée jeudi.

Le dernier Observatoire Cetelem de l'automobile montre que 55% des automobilistes interrogés dans 15 pays sont prêts à acheter une voiture telle que le prototype de Google ou le futur projet d'Apple. Mais ils sont aussi 62% à penser que les constructeurs automobiles installés restent les plus légitimes pour faire évoluer la voiture traditionnelle vers la voiture connectée, malgré d'importantes disparités géographiques.

"Il y a un lien avec l'histoire automobile des pays et un clivage entre pays émergents et pays développés", commente Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire. "Ce sont les vieux pays de l'automobile qui sont les plus convaincus que c'est le rôle, le job normal des constructeurs. Dans les pays émergents, la perception des Google et Apple est beaucoup plus positive à cet égard."

Neuf Chinois sur dix se disent ainsi prêts adopter une voiture conçue par un des deux géants de la Silicon Valley, et huit sur dix font cette réponse au Brésil et au Mexique.

Sur le sol européen, le pourcentage tombe à 37% en France, 33% en Allemagne et 28% en Grande-Bretagne. Au Japon, seuls 37% des automobilistes se disent prêts à franchir le pas avec l'un des deux géants californiens, et aux Etats-Unis, pourtant patrie de Google et d'Apple, cette séduction fonctionne à seulement 27%, selon l'étude.

NOUVEAUX HORIZONS

La bataille entre géants technologiques sans expérience automobile et géants automobiles moins agiles avec les nouvelles technologies est au coeur d'une révolution dont les personnes interrogées répondent en moyenne qu'elle sera réalité sur les routes dans six ans et demi.

"Quand on pense que plus de la moitié des automobilistes répondent oui à une voiture qui n'existe pas encore à la vente, c'est assez incroyable", ajoute Flavien Neuvy. "Google et Apple séduisent rien qu'avec leur marque, leur nom, et cela doit interpeller l'ensemble de la profession automobile."

L'Observatoire rappelle que ce véhicule du futur ouvrira de nouveaux horizons pour le transport partagé et pour le déplacement des enfants trop jeunes ou des personnes trop âgées pour conduire. Et ce malgré l'hostilité des adeptes du plaisir de la conduite (9% seulement des réponses) ou les craintes liées à la protection de la vie privée, palpables surtout en France et aux Etats-Unis, tant ce type de voiture sera connecté en permanence à l'environnement extérieur.

En attendant l'arrivée des véhicules autonomes - et l'indispensable évolution de la réglementation qui l'accompagnera car il est toujours interdit à ce jour de quitter des yeux la route et de lâcher son volant - l'Observatoire Cetelem prévoit en 2016 un ralentissement de la croissance des ventes de voitures neuves en Europe, à +2,4% après +8,7% sur les onze premiers mois de 2015.

Il anticipe également l'an prochain une amélioration en Chine, à +7,2%, une hausse de 3,1% du marché français et au total, une croissance de 3,6% du marché automobile mondial.

(Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot)


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.