Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les clients des émergents en position de force selon Sagem

Reuters14/06/2012 à 22:05

par Cyril Altmeyer

VILLEPINTE, Seine-Saint-Denis (Reuters) - La concurrence est de plus en plus rude sur les marchés à l'export dans le secteur de la défense, les clients des pays émergents assistant à une ruée des industriels occidentaux confrontés à une baisse des budgets sur leurs propres marchés, a déclaré jeudi à Reuters Philippe Petitcolin, PDG de Sagem, la branche défense de Safran.

Sagem vise deux milliards d'euros de chiffre d'affaires à moyen terme contre 1,264 milliard en 2011, en accroissant la part de ses ventes réalisée à l'export, qui atteint aujourd'hui 60%, a-t-il expliqué en marge du salon de l'armement Eurosatory qui se tient à Villepinte, près de Paris, jusqu'à vendredi.

Pour y parvenir, Sagem est en train d'ouvrir des filiales en Inde et en Australie ainsi qu'un bureau en Algérie tout en lançant une coentreprise en Russie avec deux partenaires locaux, et il vient d'acquérir une PME au Brésil.

"Arriver en grand conquérant (...) en disant : "J'ai tel produit, il est bon pour vous", c'est fini", a-t-il observé, faisant référence aux produits clé-en-main qu'acceptaient auparavant les clients des pays émergents.

"Ces pays font monter les enchères. Ils savent très bien que les investissements dans les pays occidentaux sont en baisse et ils sont très sollicités par l'ensemble des concurrents du marché, tant américains qu'européens", a-t-il ajouté.

Il a dit comprendre la demande croissante des "marchés nouveaux" en créations d'emplois locaux et en transferts de technologie, même s'il préfère parler de codéveloppement.

En Inde, la filiale locale de Sagem visera à assurer la maintenance des produits qu'il vend sur place dans l'optronique (une technologie mêlant optique et électronique qui facilite notamment la vision de nuit) et la navigation inertielle (qui permet à un avion de se guider automatiquement).

Il envisage, à terme, de créer une coentreprise avec un partenaire indien.

ÊTRE HIGH-TECH OU MOURIR

Au Brésil, l'acquisition annoncée mercredi d'Optovac Mecânica e Optoeletrônica, qui fabrique des jumelles portables facilitant la vision nocturne, permettra à Sagem de se positionner dans l'avionique et sur les appels d'offres à venir pour la sécurisation des frontières du pays.

Pour Philippe Petitcolin, les groupes de défense qui ne possèdent pas les meilleures technologies du monde seront menacés d'extinction.

"A une époque, il suffisait d'être bon et on vivait. Aujourd'hui, il faut être très bon et demain il faudra être excellent", a-t-il observé, soulignant que la baisse des budgets de défense occidentaux allait se poursuivre.

Pour se renforcer à l'export, Safran et Thales sont en train de démarrer leur coentreprise à parité (qui n'a pas encore de nom), dont le but est de répondre en commun à des appels d'offres dans l'optronique.

Philippe Petitcolin a fait également état de "plusieurs prospects" à l'export pour son drone Patroller, développé sur fonds propres, et destiné des missions de défense et de sécurité, comme la vérification des incendies et des frontières.

"J'aimerais bien que la France le regarde d'un peu plus près", a-t-il glissé, citant notamment le drone intérimaire dont a besoin l'armée française pour remplacer les Harfang d'EADS en attendant la prochaine génération prévue à l'horizon 2020.

Edité par Marc Angrand

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.