1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les Bourses terminent sur une bonne note une mauvaise année 2018
Reuters31/12/2018 à 15:10

LES BOURSES EUROPÉENNES TERMINENT EN HAUSSE

par Veronique Tison

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue en hausse lundi pour la dernière séance de l'année au terme d'un mois de décembre et d'un exercice 2018 qui resteront les plus mauvais de la décennie, comme en Europe.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse d'environ 1% après un tweet du président Donald Trump faisant état de "gros progrès" dans les négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.

"Les avancées signalées par Trump dans le dossier commercial et la poursuite du rally de la semaine dernière font du bien au moral des investisseurs", commente Peter Cardillo, chef économiste chez Spartan Capital Securities.

La hausse des cours du pétrole soutient aussi la tendance, comme cela a été le cas pour la demi-séance en Europe. À Paris, le CAC 40 a fini la séance en hausse de 1,11% à 4.730,69 points mais il recule de 10,95% sur l'année, sa plus mauvaise performance annuelle depuis 2011.

A Londres, le FTSE, pénalisé par la vigueur de la livre, a cédé 0,09% lundi pour une baisse annuelle de 12,5%, la plus forte depuis 2008. Les Bourses de Francfort et Milan sont restées fermées pour la Saint-Sylvestre.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 a gagné 0,42%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro 0,55% et le Stoxx 600 0,46%.

Sur l'ensemble de 2018, le Stoxx 600 perd 13,2% et l'EuroStoxx 50 recule de 14,3%, leur plus mauvais cru depuis 2008 et 2011 respectivement.

Les volumes ont été faibles pour l'ultime séance de l'année et devraient l'être aussi à Wall Street, où les rares investisseurs présents sont encore échaudés par la volatilité des dernières semaines.

A ce stade, le S&P-500 accuse une baisse de 9,94% en décembre, sa plus forte baisse mensuelle depuis février 2009 et son plus mauvais mois de décembre depuis la Grande Dépression. Depuis le début de l'année, son recul atteint 7,03% et le Dow accuse une perte de 6,70%, leurs plus mauvaises performances depuis 2008.

Le Nasdaq, après six années de hausse, accuse un repli de 4,62% en 2018.

L'essentiel de la baisse a été réalisé sur les trois derniers mois de l'année avec pour principaux facteurs les tensions commerciales, la montée des taux d'intérêt américains et le ralentissement de la croissance des bénéfices des entreprises, sans oublier les incertitudes autour du Brexit. La paralysie partielle des administrations fédérales américaines, avec un "shutdown" qui en est à son 10e jour, est venue aggraver le tout la semaine dernière.

Nombre de ces facteurs persisteront en 2019 mais dans l'immédiat l'attention des marchés se focalisera sur des indicateurs américains plus tard dans la semaine, notamment l'indice ISM manufacturier jeudi et le rapport mensuel de l'emploi le lendemain.

LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

VALEURS EN EUROPE

Les volumes sont restés faibles et les mouvements limités en Europe pour cette dernière séance de l'année. Le secteur européen de la distribution (+0,85%) a profité de la hausse de Kering (+3,55%) et de son concurrent LVMH (+2,16%).

Le segment du luxe figure parmi les meilleures performances du CAC 40 cette année, avec des hausses allant de 3% à 8%, en dépit du ralentissement économique de la Chine, un marché crucial pour le secteur.

PSA, en hausse de près de 10% cette année, se distingue assez nettement du reste du secteur automobile européen, qui a accusé une année "noire".

L'indice Stoxx automobile signe avec les banques la plus mauvaise performance sectorielle cette année (-28%), plombé par la montée des tarifs douaniers, le ralentissement du marché automobile chinois et les nouvelles normes anti-pollution qui ont particulièrement impacté les constructeurs automobiles allemands.

De son côté, PSA a bénéficié de l'amélioration considérable de ses marges et du redressement, entrepris pour l'heure avec succès, de sa filiale allemande Opel. Le titre a encore gagné 2,11% lundi, à 18,65 euros.

Lanterne rouge du CAC 40 cette année, Valeo a chuté de près de 60% en 12 mois, après avoir multiplé les avertissements sur résultats. Le titre de l'équipementier s'est offert lundi un rebond de 3,91% lundi pour signer la meilleure performance de l'indice.

Hors du CAC, le courtier d'assurances April a tenu le haut de l'affiche en ce dernier jour de l'année avec un bond de 15,32%, à son meilleur niveau depuis mai 2011, après l'annonce de négociations en vue de son rachat par le fonds CVC.

TAUX

La grande volatilité des actions a alimenté l'appétit des investisseurs pour les actifs refuges, comme les obligations souveraines. Le rendement de l'emprunt d'Etat japonais à dix ans est retombé lundi en territoire négatif pour la première fois depuis septembre 2017.

Celui des Treasuries de même échéance est retombé à 2,71%, un plus bas depuis février.

Le marché obligataire américain fermera plus tôt lundi (à 19h00 GMT) et sera fermé pour le Nouvel An.

En Europe, le rendement du Bund est stable juste sous 0,25%.

CHANGES

Le dollar a cédé du terrain lundi, pénalisé par la perspective d'un ralentissement du rythme de hausse des taux de la Réserve fédérale l'an prochain et de la baisse marquée des rendements obligataires américains, mais il finit l'année en hausse de quelque 4,5% par rapport aux autres principales devises.

En vue lundi, la livre a gagné plus de 0,5% à un plus haut de trois semaines, soutenue par la bonne tenue de la Bourse londonienne et par les espoirs de règlement du conflit commercial sino-américain. La devise britannique s'est dépréciée de 6% face au dollar en 2018.

Le dollar australien, sensible aussi aux tensions commerciales, a gagné 0,4% à 0,7063 dollar US mais perd 10% sur l'ensemble de l'année.

De son côté, l'euro est stable face au billet vert, autour de 1,1440 dollar, et s'achemine vers un repli de près de 5% en 2018.

PÉTROLE

Les cours du brut suivent la tendance haussière des marchés d'actions lundi et progressent d'environ 1,7%, mais ils restent en passe d'accuser leur premier repli annuel en trois ans sur fond de craintes persistantes d'une offre excédentaire sur le marché mondial.

Le baril de Brent évolue autour de 54,75 dollars et le baril de brut léger américain (WTI) se traite autour de 46,40 dollars.

Les deux contrats ont perdu plus d'un tiers de leur valeur au quatrième trimestre, ce qui ne s'était plus vu depuis le dernier trimestre de 2014.

Le cours moyen du Brent a été de près de 72 dollars le baril cette année et les économistes interrogés par Reuters ne le voient pas dépasser les 70 dollars en 2019.

MÉTAUX

L'or, en hausse de 0,2% à 1.283,10 dollars l'once sur le marché spot, a atteint lundi un pic de six mois, portant sa hausse à quelque 5% sur le mois de décembre - son meilleur mois depuis dix ans.

Sur l'ensemble de l'année, le métal jaune reste néanmoins en repli de 1,5%, sa première perte depuis 2015.

Les craintes autour du ralentissement économique de la Chine ont par ailleurs nettement pesé cette année sur les métaux industriels, comme le cuivre, en repli de près de 17% en 2018.

L'or avait touché un plus bas de 20 mois en août, quand le dollar profitait à plein des hausses de taux et des tensions commerciales, mais le métal fin a depuis refait son retard, profitant notamment de son statut de valeur refuge pendant les séances agitées de décembre sur les places boursières.

MARCHÉS ÉMERGENTS

Les actions émergentes montent lundi, portées par les fragiles espoirs sur le front commercial, au dernier jour d'une année difficile pour cette classe d'actifs.

L'indice MSCI des actions émergents se dirige ainsi vers un repli de plus de 16% sur l'ensemble d'une année marquée notamment par la hausse du dollar et les effets du resserrement monétaire de la Réserve fédérale américaine.

Si certains marchés d'actions, comme l'Inde ou la Russie, s'acheminent vers un gain sur l'année, la plupart ont reculé, à commencer par la Chine, la Turquie et l'Afrique du Sud, qui bouclent leur pire année depuis 10 ans.

(Avec les contributions de Blandine Hénault et Patrick Vignal)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

5621.71 +0.06%
32.78 -0.67%
0.7835 +0.58%
3.775 -0.24%
22.77 +0.22%

Les Risques en Bourse

Fermer