1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les banques ne doivent pas attendre d'aide publique, dit la BCE
Reuters22/06/2017 à 12:56

LES BANQUES NE DOIVENT PAS ATTENDRE D'AIDE PUBLIQUE, DIT LA BCE

FRANCFORT (Reuters) - Les banques de la zone euro doivent prendre de nouvelles mesures courageuses pour réduire leur montagne de créances douteuses et ne pas s'attendre à ce que le secteur public leur apporte une solution globale, a déclaré jeudi Pentti Hakkarainen, un membre du conseil de surveillance de la Banque centrale européenne.

Les banques de la zone euro, alourdies par quelque 900 milliards d'euros de prêts non-performants (NPL), tardent à s'en défaire, évoquant souvent la nécessité de créer une structure de défaisance ("bad bank") publique parce que le marché privé est étroit et peu liquide pour les créances douteuses et qu'elles ne peuvent donc les vendre qu'avec de très fortes décotes.

Hakkarainen a ajouté que les banques devaient améliorer leur efficacité et qu'une menace crédible de défaut, les pertes étant supportées par les investisseurs privés plutôt que par le contribuable, était fondamentale pour la bonne santé du secteur.

La banque italienne Intesa Sanpaolo a posé mercredi des conditions draconiennes pour reprendre les actifs sains de deux banques vénètes en difficulté pour un euro symbolique, des conditions qui supposent notamment que leurs créances douteuses soient logées dans une structure de défaisance.

Rome compte sur l'appui d'Intesa pour éviter un "bail-in" de Banca Popolare di Vicenza et Veneto Banca, autrement dit l'application de la nouvelle réglementation européenne qui impose de mettre à contribution les actionnaires, créanciers et déposants avant de pouvoir recourir à une aide publique.

(Balazs Koranyi, Juliette Rouillon pour le service français)

Valeurs associées

MIL -0.35%

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • voeuxplu
    22 juin14:21

    Oui Piro1, en France les banques aident l'Etat avec un effet pervers lié au « Too big to fail ! ». Les banques sont devenues des « Administrations de l’Argent au service de l’Etat et du Fisc », en clair bien nourries des créances d’Etat, elles ne servent plus l’économie privée sauf à en soustraire les fonds pour justement servir l’Etat. In fine qui remboursera ?

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer