Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les banques espagnoles auraient besoin d'au moins 40 milliards

Reuters09/06/2012 à 12:07

Les banques espagnoles auraient besoin d'au moins 40 milliards

WASHINGTON (Reuters) - L'Espagne a besoin d'injecter au moins 40 milliards d'euros de capital supplémentaire dans plusieurs de ses banques pour leur permettre de résister dans un environnement économique difficile, estime le Fonds monétaire international dans son rapport publié vendredi.

Les tests de résistance ("stress tests") que le FMI a fait subir aux banques ne tiennent pas compte des fonds propres supplémentaires qui seraient nécessaires pour couvrir les coûts de restructuration et les pertes sur prêts.

Selon un responsable du FMI, un tel matelas devrait être en principe de 1,5 à deux fois plus gros pour convaincre les marchés que l'Espagne est suffisamment bien dotée pour amortir les chocs.

Dans ce cas, cela mettrait le montant du capital requis pour stabiliser le système bancaire espagnol à 80 milliards d'euros. Le FMI n'a toutefois pas donné de chiffre dans son rapport.

L'agence de notation Fitch, qui a abaissé jeudi la note souveraine de l'Espagne de trois crans, estime pour sa part que la recapitalisation des banques espagnoles pourrait se situer entre 60 et 100 milliards d'euros, l'équivalent de 6% à 9% du produit intérieur brut.

L'Espagne devrait demander officiellement ce week-end à ses partenaires européens de l'aider à renflouer ses banques pour éviter une nouvelle escalade de la crise, devenant ainsi le quatrième pays de la zone euro à solliciter un soutien extérieur après l'Irlande, le Portugal et la Grèce, a-t-on appris vendredi de plusieurs sources.

Mais le gouvernement a fait savoir qu'il avait besoin d'au moins une estimation préliminaire sur le montant des capitaux requis par les banques avant de prendre une décision.

LE COEUR DU SYSTÈME RÉSISTANT

C'est pourquoi le rapport du FMI, qui devait être publié lundi à l'origine, est considéré comme très important pour aider l'Espagne à formuler sa requête.

Selon des responsables de l'UE, les ministres des Finances des 17 pays de la zone euro pourraient tenir une téléconférence samedi pour débattre d'une éventuelle demande d'aide espagnole. L'Eurogroupe devrait publier un communiqué à l'issue de cette téléconférence qui doit avoir lieu avant midi (10h00 GMT).

Un accord sur l'Espagne est jugé nécessaire avant les élections législatives grecques du 17 juin, qui pourraient provoquer de nouvelles turbulences sur les marchés et aboutir à la sortie de la Grèce de la zone euro.

Le FMI précise avoir travaillé en étroite collaboration avec la Banque d'Espagne dans l'examen des bilans des banques nécessaire pour calculer son estimation.

Les deux principales banques du pays, Santander et BAVA, diversifiées à l'international, sont gérées de façon prudente et sont capables de d'être bénéficiaires, même dans un contexte difficile, souligne le FMI dans son rapport.

"Si le coeur du système semble résistant, des vulnérabilités demeurent dans certains secteurs", souligne le FMI.

Ces faiblesses sont concentrées sur un groupe de banques commerciales qui ne sont pas diversifiées à l'international et sur d'anciennes caisses d'épargne de taille modeste qui se sont transformées en banques commerciales, précise le FMI.

MIEUX VAUX SUR-ESTIMER

Pour réaliser ses tests, le FMI a pris comme hypothèse une contraction économique de 4,1% cette année pour l'Espagne et de 1,6% en 2013, un taux de chômage monté à 26% de la population active fin 2013 et une baisse supplémentaire de 24% des prix immobiliers.

Il a ensuite calculé les sommes dont auraient besoin les banques pour se mettre en conformité avec le ratio de solvabilité préconisé par les accords dits de Bâle III pour les fonds propres "durs" rapportés aux engagements, soit 7%.

Le conseil d'administration du FMI, qui note "l'évolution rapide de la situation en Espagne et dans la zone euro" demande aux autorités "d'agir rapidement et de n'épargner aucun effort pour rétablir la confiance dans le système financier et préserver la stabilité financière."

L'Espagne est à même de résoudre progressivement ses problèmes bancaires, estime pour sa part le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble dans un entretien à la presse allemande.

Ceyla Pazarbasioglu, adjointe au directeur des Marchés monétaire et de capitaux du FMI, a précisé que le FMI était favorable à l'évaluation encore plus détaillés des besoins en capitaux demandée par l'Espagne à deux cabinets d'audit extérieurs qui devraient être prête, pour l'une le 21 juin, et pour l'autre, plus détaillée, le 31 juillet.

"La mise en oeuvre complète des réformes ainsi que l'établissement d'un filet de sécurité public crédible sont très importants pour préserver la stabilité financière", déclare-t-elle dans un communiqué.

"Par la suite, il sera très important de communiquer clairement la stratégie en matière de fourniture d'un filet de sécurité crédible en cas de manque de capital, filet dont l'expérience montre qu'il vaut mieux le surestimer que le sous-estimer", a-t-elle ajouté.

Stella Dawson; Marc Angrand, Julien Dury et Danielle Rouquié pour le service français

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.