Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Les actions vers leur première hausse hebdomadaire en un mois
information fournie par Reuters24/06/2022 à 13:47

WALL STREET ATTENDUE DANS LE VERT

WALL STREET ATTENDUE DANS LE VERT

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue dans le vert et les Bourses européennes progressent à mi-séance vendredi, l'espoir d'un ralentissement de l'inflation avec la baisse des cours des matières premières prenant le pas, pour l'instant, sur les signes de ralentissement économique.

Cette progression devrait assurer aux principaux indices leur première performance hebdomadaire positive depuis un mois.

Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture en hausse de 0,69% pour le Dow Jones, de 0,78% pour le Standard & Poor's 500 et de 0,92% pour le Nasdaq.

À Paris, le CAC 40 gagne 2,09% à 6.006,50 points vers 11h00 GMT. A Londres, le FTSE 100 prend 1,39% et à Francfort, le Dax avance de 1,02%.

L'indice EuroStoxx 50 est en hausse de 1,69%, le FTSEurofirst 300 de 1,64% et le Stoxx 600 de 1,68%.

Ce dernier, qui a inscrit jeudi un plus bas de l'année, affiche pour l'instant une hausse hebdomadaire de 1,47% après trois semaines consécutives de repli qui lui ont fait perdre au total 9,1%. Le CAC 40, lui, a repris 2,1% depuis lundi après une chute de 9,7% entre le 27 mai et le 17 juin.

Sur le marché londonien des matières premières, le cours du cuivre recule de 0,58% et devrait perdre plus de 7% sur l'ensemble de la semaine. Celui de l'étain chute de 13,39% et sa baisse hebdomadaire pourrait avoisiner 25%, un record.

Ces replis font espérer à une partie des investisseurs un reflux de l'inflation dans les mois à venir, ce qui pourrait dispenser les grandes banques centrales de prolonger le relèvement accéléré des taux d'intérêt, et donc prévenir une récession.

Les signes de ralentissement économique n'ont pas pour autant disparu du jour au lendemain: l'indice Ifo du climat des affaires en Allemagne affiche un recul plus marqué qu'attendu en juin, la hausse des prix de l'énergie et la menace de tensions sur l'approvisionnement en gaz inquiétant les entreprises.

Les investisseurs surveilleront aussi à 14h00 GMT les résultats définitifs de l'enquête mensuelle de l'université du Michigan sur le moral des ménages américains: la première estimation, à un plus bas historique, avait jeté un froid sur les marchés il y a deux semaines.

VALEURS EN EUROPE

Les plus fortes hausses sectorielles en Europe sont pour le compartiment des médias, dont l'indice Stoxx gagne 2,8%, et celui de la santé (+2,67%).

Ce dernier profite entre autres de la hausse de 3,46% de Sanofi après l'annonce du succès de la première étude d'efficacité de son candidat vaccin contre le variant Omicron du coronavirus.

Le secteur de la distribution, lui, recule de 0,22%, plombé par la chute de 6,81% de Zalando après un avertissement sur ses résultats du deuxième trimestre et de l'ensemble de l'année.

Autre chute spectaculaire, celle de 9,57% du groupe parapétrolier italien Saipem, qui a déclaré qu'en l'absence d'augmentation de capital, ses ressources financières ne lui permettraient de poursuivre ses activités que moins d'un an.

TAUX

Les rendements obligataires américains remontent un peu au lendemain des plus bas de deux semaines auxquels les ont ramenés les craintes de récession aux Etats-Unis: le dix ans reprend près de cinq points de base à 3,1114% et le deux ans plus de cinq points à 3,0611%.

La hausse est du même ordre pour le dix ans allemand à 1,49%, qui avait chuté de près de 25 points de base sur les deux séances précédentes.

CHANGES

Le dollar recule face aux autres grandes devises (-0,13%) et s'achemine vers sa première baisse hebdomadaire depuis un mois avec la révision à la baisse des anticipations de pic des taux d'intérêt américains: le marché table désormais sur un taux des "fed funds" qui culminerait autour de 3,5% en mars prochain puis rebaisserait de près de 20 points de base entre mars et juillet 2023.

L'euro remonte à 1,0531 dollar (+0,08%) après la baisse de 0,4% subie jeudi en réaction aux chiffres inférieurs aux attentes des indices PMI "flash" européens et au relèvement par l'Allemagne du niveau d'alerte sur son approvisionnement en gaz.

PÉTROLE

Les tensions sur l'offre assurent de nouveau un soutien aux cours du brut mais elles ne devraient pas suffire à empêcher le marché pétrolier d'enregistrer une deuxième semaine de baisse d'affilée, reflet de la montée des craintes de récession.

Le Brent gagne 1,55% à 111,76 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) prend 1,72% à 106,06 dollars.

(Certaines données peuvent accuser un léger décalage)

(Rédigé par Marc Angrand, édité par Sophie Louet)

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.