Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Les actions résistent, les taux rechutent malgré l'inflation
information fournie par TrackInsight14/06/2021 à 09:50

La plupart des indices actions ont poursuivi leur séquence haussière, tandis que les taux continuaient à baisser, faisant fi du rythme d'inflation plus élevé que prévu.

Semaine du 7 au 13 Juin 2021

Tous les yeux étaient tournés cette semaine vers l'indice des prix à la consommation (CPI) aux Etats-Unis. Après avoir bondi à +4.2% sur un an en avril, il est passé à +5% le mois dernier, soit bien au-dessus des attentes (+4.7%). En un mot, c'est la plus forte progression depuis août 2008. Au même moment, les inscriptions au chômage ont encore diminué, revenant ainsi à leur plus bas niveau depuis le début de la pandémie. La plupart des indices actions ont poursuivi leur séquence haussière, tandis que les taux continuaient à baisser, faisant fi du rythme d'inflation plus élevé que prévu. On pourrait penser que les marchés ont perdu la tête, mais les intervenants parient tout simplement que la thèse défendue par la Réserve Fédérale (à savoir, une forte hausse des prix, mais de nature temporaire) devient plus crédible, alors qu'elle a pourtant fait l'objet d'un scepticisme marqué ces derniers mois.

Nouveau record pour le S&P 500

Les marchés actions sont globalement restés bien orientés avant la prochaine réunion de la Réserve Fédérale les 15 et 16 juin. Le S&P 500 a clôturé à un plus haut vendredi (4'247.44, soit une hausse hebdomadaire de +0.41%). Le Nasdaq Composite a gagné 1.85%. Les méga-capitalisations dans la tech ont effectivement enregistré des progressions significatives (Microsoft : +2.83%, Google : +2.54%), soutenues par la faiblesse des taux américains. En revanche, le Dow Jones Industrial Average a perdu près de 277 points, soit une baisse hebdomadaire de -0.80%. Dans l'ensemble, les petites capitalisations ont surperformé les grandes valeurs (Russell 2000 : +2.16%).

Cinq des onze principaux secteurs S&P ont perdu du terrain. La chute des taux a d'abord fait vaciller les financières (-2.38%). D'autres secteurs cycliques ont également lâché prise (matériaux de base : -2.02%, valeurs industrielles : -1.73%). L'énergie a marqué une pause (-0.57%), bien que les prix du brut aient continué leur ascension (WTI s'appréciant de 1.85%) alors que les restrictions de déplacement sont peu à peu levées dans les pays occidentaux, permettant d'envisager une hausse de la demande dans les mois à venir.

A l'inverse, les secteurs défensifs tels que l'immobilier (+1.95%), les services d'utilité publique (+1.09%) et la santé (+1.93%), ont terminé dans le vert. Concernant ce dernier secteur, les valeurs de la biotech ont brillé, tirées par le titre Biogen (+38.62%) après que la Food & Drug Administration américaine ait approuvé son nouveau traitement contre la maladie d'Alzheimer. Les technologies de l'information (+1.38%) et les biens de consommation discrétionnaire (+1.62% avec Amazon qui a pris +4.39%) ont également tiré l'indice large vers le haut.

Les marchés actions européens n'ont pas démérité (MSCI EMU : +1%) comme la reprise économique gagne en intensité. La Banque Centrale Européenne s'est réunie jeudi. Sans surprise, elle a réajusté à la hausse ses prévisions de croissance et d'inflation pour 2021 et 2022, mais n'a pas dit un mot sur une possible diminution d'achats d'actifs.

En Asie, les indices actions japonais et chinois n'ont guère varié (Nikkei : +0.02%, et Shanghai Composite : -0.06%). Ailleurs, les indices phares se sont affichés en hausse (Kospi coréen : +0.29%, S&P/ASX 200 australien : +0.23%, TWSE Taiwan 50 : +0.39%, Nifty 50 indien : +0.82%).

Nouveau rebond obligataire, fermeté du dollar, faiblesse de l'or

L'atténuation des craintes inflationnistes a poussé les opérateurs de marché à réajuster rapidement leurs positions vendeuses sur les emprunts d'Etat. Le rendement du 10 ans américain est redescendu à +1.46% (plus faible niveau depuis début mars). Le 10 ans allemand de même échéance a glissé de -0.21% à -0.27%.

Dans ce contexte porteur, les obligations d'entreprise de notation « investissement » ont surfé sur la baisse des taux (+0.51% aux Etats-Unis, +0.26% en Europe). Les titres à haut rendement ont suivi la tendance (+0.34% en Europe, +0.42% outre-Atlantique), tout comme la dette émergente (+0.29% en devises locales), malgré l'appréciation du billet vert (indice dollar en hausse de 0.47%).

Le prix de l'or a encore légèrement baissé à $1'877.5 l'once.

Trouvez toute l'information sur plus de 7000 ETFs avec nos outils:

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.