Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Les actions hésitent, de nouvelles sanctions contre Moscou évoquées
information fournie par Reuters04/04/2022 à 14:38

LES ACTIONS HÉSITENT, DE NOUVELLES SANCTIONS CONTRE MOSCOU ÉVOQUÉES

LES ACTIONS HÉSITENT, DE NOUVELLES SANCTIONS CONTRE MOSCOU ÉVOQUÉES

par Laetitia Volga

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue sans grand changement à l'ouverture lundi et les Bourses européennes hésitent à mi-séance mais dans des écarts limités alors que les pays occidentaux pourraient imposer de nouvelles sanctions contre la Russie et que l'inversion d'un segment de la courbe des taux américaine alimentent les craintes de récession. Les contrats à terme signalent une hausse de 0,01% pour le Dow Jones, de 0,13% pour le Standard & Poor's et de 0,33% pour le Nasdaq.À Paris, le CAC 40 gagne 0,14% à 6.693,97 à 11h37 GMT. À Francfort, le Dax perd 0,05% et à Londres, le FTSE avance de 0,22%.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 s'adjuge 0,36%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro monte de 0,07% et le Stoxx 600 de 0,3%.

L'Ukraine a accusé dimanche l'armée russe d'avoir commis un "massacre" dans la ville de Boutcha, des faits niés par Moscou mais condamnés par les pays occidentaux, qui évoquent des crimes de guerre et préparent de nouvelles sanctions contre la Russie.Alors que le ministre allemand de l'Economie a annoncé que son pays travaillait à réduire progressivement les importations d'énergies fossiles depuis la Russie, la fédération bancaire allemande BDB a averti que la première économie d'Europe risquait une importante récession en cas d'embargo sur les hydrocarbures russes dont elle très dépendante.

"Je pense que c'est le principal moteur à court terme, ce qui se passe avec les sanctions, si on arrive au bout ou non" a déclaré Mark Haefele, responsable des investissements chez UBS Global Wealth Management.

L'impact de la guerre en Ukraine se fait à nouveau sentir dans les indicateurs économiques: l'indice Sentix sur le moral des investisseurs en zone euro s'est dégradé plus fortement que prévu en avril, à -18,0 en avril, son plus bas niveau depuis juillet 2020.

LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

Le Nasdaq Composite devrait être soutenu par Twitter dont l'action avance de plus de 20% en avant-Bourse après l'annonce d'une participation d'Elon Musk à hauteur de 9,2% au capital du réseau social.

VALEURS EN EUROPE

Aux valeurs européennes, le conflit ukrainien permet aux groupes de défense Dassault Aviation et Thales de prendre respectivement 3,00% et 2,89%.

Telecom Italia lâche 4,29% à la Bourse de Milan après une information selon laquelle le fonds KKR renoncerait à soumettre une offre formelle de rachat sur le groupe italien s'il n'obtient pas l'accès à ses comptes financiers.

EasyJet abandonne 1,62%, une augmentation de cas de COVID-19 parmi le personnel de la compagnie aérienne ayant contraint celle-ci à annuler plus de 200 vols ce week-end.

Le groupe de mode Ted Baker bondit de 14,04% après avoir lancé un processus de sa mise en vente après que le fonds Sycamore a relevé son offre d'achat.

En Suisse, Novartis avance de 1,66% après avoir annoncé qu'il intégrerait ses unités pharmaceutiques et d'oncologie à son activité de médicine innovante, avec pour objectif de réaliser des économies d'au moins 1 milliard de dollars d'ici 2024.

TAUX

La hausse des rendements obligataires américains se poursuit avec les anticipations de resserrement de politique monétaire, confortées par le solide rapport sur l'emploi vendredi.

La courbe des taux américains est toujours inversée sur la section deux ans-dix ans, les investisseurs estimant que l'ampleur du potentiel resserrement monétaire à venir entraînera un fort ralentissement de l'économie, voire une récession: le deux ans est à 2,4343%, est au-dessus du dix ans, qui s'affiche à 2,397% (+2,2 points de base).

"Une inversion de la courbe a précédé chaque récession au cours des 60 dernières années, y compris la dernière causée par la pandémie de COVID-19", ont souligné les analystes de Commerzbank.

En Europe, les rendements souverains reculent. Celui du dix ans allemand perd sept points de base à 0,49% après un pic de quatre ans mardi à 0,741%.

"Notre point de vue est que le marché a été un peu trop agressif dans son évaluation de la normalisation de la politique monétaire par la Banque centrale européenne", a déclaré David Riley, responsable des investissements chez BlueBay Asset Management.

Les marchés monétaires tablent sur une hausse des taux de la BCE de près de 60 points de base d'ici la fin de l'année.

CHANGE

Sur le marché des changes, l'euro perd 0,46% autour de 1,1 dollar après que l'Allemagne et la France ont déclaré qu'une nouveau train de sanctions contre Moscou était nécessaire en raison des fortes présomptions de crimes de guerre en Ukraine.

Le dollar, soutenu par la hausse des rendements des Treasuries, avance de 0,2% face à un panier de devises de référence

PÉTROLE

Le pétrole est en légère hausse, le recours aux réserves stratégiques du brut par plusieurs grands pays face à l'envolée des prix ne permettant d'apaiser les craintes sur l'offre avec la guerre en Ukraine et l'absence d'accord sur le nucléaire iranien.

Le Brent s'affiche à 104,92 dollars le baril, en hausse de 0,4%, et le brut WTI à 99,85 dollars, +0,5%.

(Laetitia Volga, édité par Matthieu Protard)

Valeurs associées

MIL +0.23%
Euronext Paris +1.75%
LSE -3.18%
Swiss EBS Stocks +3.03%
NYSE +2.04%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.