Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les actionnaires d'AstraZeneca divisés face à Pfizer

Reuters 21/05/2014 à 01:22

LES ACTIONNAIRES D'ASTRAZENECA PARTAGÉS APRÈS LE REJET DE L'OFFRE DE PFIZER

par Chris Vellacott

LONDRES (Reuters) - Les actionnaires d'AstraZeneca sont partagés quant au bien fondé de la décision du groupe pharmaceutique britannique de rejeter l'offre finale de 118 milliards de dollars (86 milliards d'euros) de son concurrent américain Pfizer.

Schroders Investment Management, le douzième actionnaire d'AstraZeneca, l'a enjoint de rouvrir des négociations avec le laboratoire américain, tandis que Fidelity Worldwide Investment, 18e actionnaire, a au contraire pris sa défense.

Schroders s'est dit déçu par "le prompt rejet par le conseil d'administration d'AstraZeneca" d'une offre bonifiée de 55 livres par action et par la décision de Pfizer "de tirer un trait prématuré sur ces négociations en déclarant sa dernière offre définitive".

"Compte tenu de l'augmentation de l'offre, nous encourageons la direction d'AstraZeneca à renouer le dialogue avec Pfizer et par là-même avec ses actionnaires", explique le fonds, qui a 2% du capital d'AstraZeneca.

D'autres actionnaires du laboratoire britannique tiennent le même discours, dont Jupiter Asset Management, lui aussi fort marri du "non" britannique.

Fidelity Worldwide Investment, qui détient 1,2% du capital d'AstraZeneca s'est démarqué d'eux. "Je pense qu'Astra a bien fait. Je ne pense pas que Pfizer était un associé approprié. Il n'était motivé que par des considérations fiscales et financières", a dit Dominic Rossi, responsable "equities" du fonds d'investissement.

"Le conseil d'Astra a pris une décision très difficile. Il savait bien qu'en rejetant l'offre il serait critiqué par certains actionnaires. Attendons à présent deux ou trois ans pour voir s'il avait raison; avec un peu de chance, ça pourrait bien être le cas", a-t-il ajouté.

Pour Anne Richards (Aberdeen Asset Management; 2,4% du capital d'AstraZeneca), l'offre de Pfizer "n'était vraiment pas époustouflante".

Neil Woodford, un vétéran de la gestion de fonds qui travaille pour St James's Place, s'est dit "soulagé qu'AstraZeneca ait semblé avoir préservé son indépendance".

AstraZeneca a fait savoir mardi que, conformément au droit des OPA britannique, il ne pourrait y avoir de nouvelles discussions avec Pfizer et que ce dernier ne pouvait même laisser entendre, que ce soit en public ou en privé, qu'il serait prêt à relever son offre "finale" avant la date limite du 26 mai à moins qu'un tiers ne surenchérisse.

"Cette limitation qui empêche toute nouvelle négociation sur la valeur est la conséquence des agissements de Pfizer", a dit le président d'AstraZeneca Leif Johansson dans un communiqué.

Pfizer n'a fait aucun commentaire sur le communiqué de sa cible. Le premier groupe pharmaceutique américain avait déjà dit précédemment qu'il revenait aux actionnaires d'Astra d'exhorter le conseil d'administration à réétudier son offre.

En tous les cas, la rigueur du droit des OPA britannique laisse penser que la confrontation entre les deux groupes se terminera sans accord, à moins que le conseil d'administration d'AstraZeneca ne fasse volte-face.

La fin de non recevoir d'AstraZeneca a provoqué la plus forte baisse en séance de son action depuis sa création en 1999 par la fusion d'une entreprise britannique avec une homologue suédoise.

Mais elle a tout de même terminé en hausse de 0,5% en Bourse de Londres, tandis que son titre coté à New York a gagné 2,2%. Pfizer a fini en légère baisse de 0,1%.

(Avec Ben Hirschler à Londres et Bill Berkrot à New York, Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Mes listes

valeur

dernier

var.

9.13 +1.97%
4.754 +0.51%
1.15711 +0.69%
0.00%
24.6 +5.13%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.