Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le vice-président de la BCE évoque une inflation négative

Reuters20/12/2014 à 12:31

LE VICE-PRÉSIDENT DE LA BCE ÉVOQUE UNE INFLATION NÉGATIVE

BERLIN (Reuters) - Le taux d'inflation en zone euro devrait devenir négatif au cours des prochains mois mais il devrait s'agir d'un phénomène temporaire, a déclaré le vice-président de la Banque centrale européenne (BCE), Vitor Constancio, à un magazine allemand.

Le taux d'inflation annuel de la zone euro a ralenti à 0,3 % en novembre avec la baisse des prix des carburants, du fioul domestique et des télécommunications, loin de l'objectif fixé par la BCE, à savoir un taux d'inflation inférieur à mais proche de 2 %.

"Nos experts prévoient seulement une inflation de 0,7 % en 2015, mais depuis que cette projection a été réalisée (ndlr, début décembre) les prix du pétrole ont continué de chuter, reculant de 15 %. Nous nous attendons maintenant à un taux d'inflation négatif dans les mois à venir", déclare-t-il dans un entretien au magazine WirtschaftsWoche.

Plusieurs mois d'inflation négative ne se traduiraient toutefois pas par une déflation, précise-t-il : "Il faudrait des taux négatifs sur une période plus longue. S'il s'agit seulement d'un phénomène temporaire, je n'y vois pas de danger."

La zone euro n'est pas en déflation et ce risque ne concerne pas tous les pays du bloc, ajoute Vitor Constancio qui estime qu'une hausse de la productivité dans des pays tels que l'Irlande et l'Espagne pourrait par exemple créer une possibilité de hausse des salaires, ayant pour effet d'éloigner le danger d'une déflation.

Pour relancer l'activité et redresser l'inflation, la BCE a commencé fin novembre à acheter des titres adossés à des actifs (ABS), ce qui, avec les achats d'obligations sécurisées et les nouveaux prêts proposés aux banques, doit permettre à la BCE d'augmenter la taille de son bilan d'environ 1.000 milliards d'euros.

Aucune décision sur un possible assouplissement quantitatif (quantitative easing) n'a été prise, déclare également Vitor Constancio à l'hebdomadaire allemand, précisant que la banque centrale devrait évaluer au début de l'année l'efficacité des mesures prises en 2014.

La BCE doit employer tous les outils de politique monétaire dont elle dispose et elle devra agir en cas d'inflation trop faible pour maintenir sa crédibilité, et pourrait ainsi avoir recours à des outils qu'elle n'a pour l'instant pas utilisés, poursuit le vice-président.

Vitor Constancio souligne que l'assouplissement quantitatif est "complètement légal" et que la BCE n'exclut aucune mesure légale.

Il y a un large consensus au sein du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne pour faire plus face "aux risques de désinflation", avait déclaré mardi Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE, ajoutant toutefois que ce qui avait fonctionné aux Etats-Unis ou au Japon n'était peut-être pas reproductible en Europe.

(Michelle Martin; Agathe Machecourt pour le service français)

Mes listes

valeur

dernier

var.

2937.97 -0.17%
13.315 -0.63%
24.16 -0.82%
7.05 +1.59%
19.445 -0.26%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.