Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le traité UE-Mercosur "pas acceptable" en l'état, dit Hulot

Reuters25/02/2018 à 00:00
    PARIS, 25 février (Reuters) - Le traité de libre-échange en 
cours de négociation entre l'Union européenne et le Mercosur, le 
marché commun d'Amérique du Sud, n'est "pas acceptable" en 
l'état, déclare le ministre français de la Transition écologique 
dans le Journal du dimanche. 
    La perspective d'un accord sur le modèle du Ceta conclu avec 
le Canada inquiète les éleveurs français, qui craignent de voir 
affluer sur le marché des dizaines de milliers de tonnes de 
viandes produites avec des normes moins contraignantes. 
    "En l'état, ce traité n'est pas acceptable", juge Nicolas 
Hulot. "Il serait trop préjudiciable, notamment pour nos 
agriculteurs, et la France a des lignes rouges très claires." 
    Le ministre de la Transition écologique exprime de longue 
date des réticences à propos de ce genre de traités, dont il 
dénonce les retombées sur l'environnement. 
    "Les traités de libre-échange tels qu'ils existent ne sont 
pas climato-compatibles", dit-il au JDD. "On demande des efforts 
à nos agriculteurs et à nos industriels mais ceux d'autres 
parties du monde s'exonèrent des contraintes liées au changement 
climatique quand leurs produits arrivent aux frontières de 
l'Europe." 
    Le vice-président de la Commission européenne, Jyrki 
Katainen, avait déclaré fin janvier que les discussions étaient 
entrées "dans la dernière ligne droite", mais elles n'ont 
toujours pas abouti.   
    Les pays européens producteurs de boeuf, comme l'Irlande et 
la France, s'inquiètent de l'impact des possibles quotas 
d'importation annuelle en provenance du Brésil ou d'Argentine 
sur leurs propres éleveurs. 
    En visite samedi au Salon de l'agriculture, Emmanuel Macron 
a redit aux exploitants qui l'ont interpellé sur le sujet qu'il 
n'était pas question, selon lui, qu'un accord UE-Mercosur 
permette d'importer des denrées produites dans des conditions 
moins contraignantes sur le plan social et environnemental.  
 
 (Simon Carraud, édité par Pierre Sérisier) 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.