1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le sterling se prépare à des lendemains agités sous Johnson
Reuters23/07/2019 à 15:34

    * 
    * Graphique : Les taux de change mondiaux en 2019 http://tmsnrt.rs/2egbfVh
    * Graphique: L'évolution du sterling depuis le référendum de
2016
http://tmsnrt.rs/2hwV9Hv

    par Tommy Wilkes et Virginia Furness
    LONDRES, 23 juillet (Reuters) - La livre sterling, déjà à
son plus bas niveau depuis deux ans, a peu réagi mardi à
l'élection de Boris Johnson à la tête du Parti conservateur, en
attendant de voir si le nouveau Premier ministre conduira le
Royaume-Uni vers un Brexit sans accord.
    La livre a progressivement effacé ses pertes du début de
journée pour s'inscrire en territoire positif sur la séance, les
analystes évoquant un mini-rally de soulagement après des
semaines de baisse pendant lesquelles le marché a intégré la
nouvelle donne politique dans les cours.
    Johnson, qui a comme attendu devancé nettement son
adversaire Jeremy Hunt, sera dès mercredi désigné au poste de
Premier ministre en remplacement de Theresa May.  
    L'attention des investisseurs se tourne maintenant vers la
composition du futur cabinet britannique et le ton qu'il
adoptera pour sa prise de contact avec Bruxelles. D'ores et déjà
le président français Emmanuel Macron et la future présidente de
la Commission européenne Ursula von der Leyen ont félicité Boris
Johnson et dit souhaiter des discussions constructives.
 
    L'ancien maire de Londres a déclaré que le Royaume-Uni
quitterait l'Union européenne à la date prévue du 31 octobre
même sans aucun accord de transition. Cette perspective effraie
les investisseurs qui craignent l'impact d'une sortie
désordonnée de l'UE sur l'économie britannique.
    Le ton guerrier de Johnson a fait perdre au sterling 2% de
sa valeur face au dollar depuis le début du mois de juillet, et
la devise de sa Majesté s'est dépréciée sur 11 des 12 semaines
écoulées.

    "Ce sera un gouvernement acquis au Brexit et les marchés s'y
sont faits. Il reste environ 100 jours jusqu'au 31 octobre pour
parvenir à une solution, cela semble peu probable", réagit David
Zahn, responsable de la gestion obligataire chez Franklin
Templeton.
    "La nouvelle présidente de la Commission (européenne) semble
dire que rien ne changera, il semble donc qu'on s'achemine vers
un Brexit sans accord (...) et le sterling est en train de le
prendre en compte."
    La livre s'échangeait à 1,2472 dollar  GBP=D3  peu après
l'annonce de la victoire de Johnson, en repli de 0,1% sur la
séance. La devise avait touché la semaine dernière un creux de
27 mois à 1,2382.
    Face à l'euro, elle abandonne 0,2% à 89,640 pence.
 EURGBP=D3 .
    La Bourse de Londres  .FTSE , en hausse comme les autres
places européennes, n'a guère réagi à la nouvelle tandis que les
rendements obligataires britanniques  GB2YT=RR  ont légèrement
progressé, tout en restant proches d'un plus bas de trois
semaines.
    Les dernières semaines ont vu les investisseurs réduire
fortement leurs positions sur le sterling, et les positions
courtes, autrement dit vendeuses, ont atteint ces derniers jours
un plus haut de 10 mois, montrent les données de la CFTC
(Commodity Futures Trading Commission).
    
    Le sterling "est vendu à la moindre hausse, à 100%",
commente Stephen Gallo, responsable de la stratégie pour les
changes en Europe chez BMO Capital Markets. "Selon la manière
dont on coupera le gâteau, on se retrouvera soit avec un
'no-deal', soit avec des élections anticipées qui ne seront pas
meilleures." 
    A ces inquiétudes s'ajoutent des signaux montrant que la
Banque d'Angleterre (BoE) pourrait revoir l'orientation
restrictive de sa politique monétaire.
    Gerard Lyons, un ancien conseiller de Boris Johnson qui
pourrait devenir le prochain gouverneur de la banque centrale,
s'est dit mardi favorable à une remise en cause de l'objectif
d'inflation de 2% de l'institut d'émission.
    Et Michael Saunders, un membre du comité de politique
monétaire de la BoE qui plaide depuis des mois en faveur d'un
resserrement du crédit, a affirmé à l'agence Bloomberg que le
Brexit pourrait empêcher la BoE de relever ses taux.

    <^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^
GBP positions    https://tmsnrt.rs/32KS6jO
Sterling unmoved    https://tmsnrt.rs/2O9HYh4
    ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^>
 (Avec Sujata Rao et Josephine Mason, Véronique Tison pour le
service français, édité par Marc Joanny)
 )

Valeurs associées

Six - Forex 1 +0.28%
FTSE Indices +0.31%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer