Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le secteur privé a bien fini 2013 en zone euro, sauf en France

Reuters06/01/2014 à 14:37

2013 A FINI SUR UNE NOTE POSITIVE DANS LE PRIVÉ EN ZONE EURO

LONDRES, 6 janvier Reuters) - Le secteur privé de la zone euro a vu sa croissance s'accélérer en décembre, grâce notamment à une stabilisation du marché du travail, et cette tendance devrait se poursuivre au cours des premiers mois de 2014, selon les résultats définitifs, publiés lundi, des enquêtes menées par Markit auprès de directeurs d'achat (PMI).

Mais, comme le suggérait déjà de précédentes enquêtes, la France et, dans une moindre mesure, l'Italie, restent à l'écart de l'amélioration de la conjoncture constatée dans l'Europe dans son ensemble.

D'après les enquêtes réalisées par Markit auprès de milliers d'entreprises, l'indice PMI composite, qui prend en compte les données aussi bien du secteur des services que celles du secteur manufacturier, est ressorti à 52,1 le mois dernier, contre 51,7 en novembre.

Même s'il est inchangé par rapport à une première estimation publiée il y a deux semaines, cet indice reste supérieur à la barre des 50 séparant croissance et contraction de l'activité.

Tiraillées entre d'une côté ces données européennes plutôt encourageantes et, de l'autre, des indices PMI chinois dénotant une décélération de la croissance, les Bourses européennes évoluaient vers la mi-séance sur une note irrégulière autour du point d'équilibre.

Seule la Bourse de Madrid (+0,85%) était plus franchement en hausse après la publication d'un indice PMI des services au plus haut depuis près de six ans et demi, une donnée qui laisse entrevoir une reprise plus soutenue que prévu de l'activité de la quatrième puissance économique de la zone euro en 2014.

"Même s'ils suggèrent une croissance limitée de 0,2% du produit intérieur brut (PIB) au quatrième trimestre 2013, les données du PMI montrent une solide amélioration de la santé de l'économie de la zone euro au cours de l'année écoulée", a déclaré Chris Williamson, économiste en chef de Markit, commentant les chiffres de la zone euro dans son ensemble.

"Et une croissance plus marquée est vraisemblable pour le premier trimestre 2014", a-t-il ajouté.

LA FRANCE À LA TRAÎNE

La sous-composante de l'emploi dans la zone euro s'est, pour la première fois en deux ans, établie à 50 en décembre, ce qui signifie que le solde net entre licenciements et embauches est à l'équilibre après 24 mois de suppressions de postes.

Autre élément plutôt favorable pour l'avenir : les nouvelles commandes ont enregistré leur rythme de croissance le plus soutenu depuis juin 2011.

L'Allemagne, première puissance économique de la zone euro, a vu son secteur privé enregistrer en décembre un huitième mois consécutif de croissance, malgré un ralentissement marqué dans le domaine des services.

En dehors de la zone euro, le secteur des services en Grande-Bretagne a subi une légère décélération de sa croissance mais l'économie britannique reste bien partie pour enregistrer en 2013 sa meilleure année depuis 2007.

En revanche, même si elle est moins marquée qu'initialement prévu, la contraction de l'activité du secteur privé français s'est poursuivie le mois dernier.

L'indice PMI composite s'est ainsi replié à 47,3 après 48,0 en novembre.

"La détérioration de la conjoncture se poursuit dans le secteur des services français, l'activité enregistrant en décembre sa plus forte baisse mensuelle depuis six mois" souligne Jack Kennedy, économiste chez Markit.

En Italie, le secteur des services s'est contracté pour le deuxième mois de suite en décembre, ce qui suggère que la troisième puissance économique de la zone euro continue d'éprouver des difficultés à s'extirper de sa pire récession depuis la fin de la Deuxième guerre mondiale.

L'économie italienne n'a plus connu de croissance depuis la mi-2011. Au troisième trimestre 2013, le produit intérieur brut (PIB) est resté inchangé.

La plupart des analystes anticipent une modeste hausse du PIB italien sur les trois derniers mois de l'année mais selon Phil Smith, économiste chez Markit, la sous-performance des services annule les effets de l'amélioration constatée dans le secteur manufacturier.

Andy Bruce, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Angrand

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.