Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le Royaume-Uni vers la récession, la BoE pourrait agir

Reuters25/01/2012 à 18:04

par Sven Egenter et David Milliken

LONDRES (Reuters) - L'économie britannique s'est légèrement contractée au dernier trimestre de 2011, s'acheminant vers une rechute en récession et augmentant la probabilité de voir la Banque d'Angleterre accroître sous peu ses injections de liquidités.

La Grande-Bretagne n'a connu qu'une reprise molle depuis la récession de 2008-2009 et le chômage a grimpé ces derniers mois pour atteindre en novembre son plus haut niveau depuis 17 ans, le gouvernement de David Cameron pratiquant les coupes budgétaires.

Selon les chiffres publiés mercredi par l'Office national de la statistique, le produit intérieur brut (PIB) britannique s'est contracté de 0,2% sur la période octobre-décembre, la stagnation du secteur des services n'ayant pas permis de compenser le recul dans la production industrielle et la construction.

Les économistes anticipaient une contraction plus faible, à -0,1%, après une croissance de 0,6% au troisième trimestre.

"Comme nous le redoutions, le recul du PIB au quatrième trimestre devrait être le premier pas vers une récession technique", définie par deux trimestres consécutifs de contraction de l'activité, souligne Andrew Goodwin, du cabinet Ernst & Young ITEM.

La production manufacturière a reculé de 0,9% d'un trimestre sur l'autre, sa baisse la plus marquée depuis le troisième trimestre 2009, tandis que la production industrielle dans son ensemble reculait de 1,2%.

La production dans les services, qui représente 76% du PIB, a été stable sur le trimestre, son plus mauvais score depuis le quatrième trimestre 2010.

Sur un an, de décembre 2010 à décembre 2011, l'économie britannique affiche une croissance de 0,8% grâce à un effet de base positif. Au dernier trimestre 2010, la production avait nettement reculé en raison de fortes chutes de neige.

Sur l'ensemble de 2011, le PIB britannique a crû de 0,9%, soit moins de la moitié de la croissance de 2010.

Pour ce début 2012, les économistes sont divisés, mais si les chiffres donnent raison à ceux qui prévoient une poursuite de la baisse du PIB au premier trimestre, la Grande-Bretagne connaîtra sa deuxième période de récession en trois ans.

La BOE POURRAIT AGIR DE NOUVEAU

Dans ce contexte, la prochaine réunion de politique monétaire de la Banque d'Angleterre (BoE), début février, sera suivie de près.

Le compte rendu de sa réunion de début janvier a montré mercredi que la banque centrale a fait un pas supplémentaire en direction d'un accroissement de son programme d'assouplissement quantitatif ('quantitative easing', QE).

"Pour certains membres, les risques de ne pas atteindre l'objectif (d'inflation) signifiaient qu'une nouvelle expansion des achats d'actifs allait probablement être nécessaire", lit-on dans le compte rendu, sur un ton un peu plus assuré que le mois précédent.

La plupart des économistes estiment que la banque centrale britannique annoncera une nouvelle injection de liquidités dans l'économie au mois de février, peut-être de 50 milliards de livres supplémentaires, alors que le gouvernement a les mains liées par sa promesse de supprimer le déficit budgétaire sur les cinq prochaines années.

Le ministre des Finances George Osborne a réaffirmé que la politique de rigueur menée par la coalition entre conservateurs et libéraux-démocrates était le bon choix.

"Ce sont des chiffres décevants (...) mais ils ne sont pas complètement inattendus, vu ce qui se passe dans le monde et ce qui se passe dans la zone euro", a dit le chancelier de l'Echiquier.

"La Grande-Bretagne a d'importants problèmes économiques, une hausse de la dette sur les dix dernières années, et nous sommes en train de nous occuper de ces problèmes, mais à dire vrai la gestion de ces problèmes est compliquée par la situation de la zone euro."

Danielle Rouquié et Jean Décotte pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.