Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le risque de faillite est contenu, assure le président chypriote
Reuters29/03/2013 à 15:45

NICOSIE JUGE QUE LA SITUATION EST DÉSORMAIS CONTENUE

NICOSIE JUGE QUE LA SITUATION EST DÉSORMAIS CONTENUE

par Michele Kambas

NICOSIE (Reuters) - Le risque de banqueroute est "contenu" et Chypre n'a aucune intention de quitter l'euro, a assuré vendredi le président chypriote Nicos Anastasiades, en égratignant au passage ses partenaires européens.

Le chef de l'Etat s'exprimait au lendemain de la réouverture des banques, restées fermées pendant douze jours pour éviter une fuite des capitaux alors que Nicosie négociait un plan de sauvetage avec l'Union européenne, la Banque centrale européenne (BCE) et le Fonds monétaire international (FMI).

Cette aide d'urgence de dix milliards d'euros, dont les modalités ont été validées lundi, sera financée en partie par des prélèvements sans précédent sur les dépôts bancaires de plus de 100.000 euros. Elle prévoit en outre la liquidation de la Cyprus Popular Bank, deuxième établissement chypriote.

La réouverture des banques, dont les activités ont été très étroitement encadrées, n'a toutefois pas donné lieu à la panique redoutée.

Nicos Anastasiades, qui s'adressait vendredi à des représentants de la fonction publique, a dit sans plus de précisions que les mesures strictes mises en oeuvre pour éviter la fuite des capitaux seraient levées graduellement.

Le président, issu des rangs conservateurs, s'en est pris dans le même temps à ses partenaires européens, les accusant d'avoir formulé "des exigences sans précédent qui ont fait de Chypre un laboratoire".

TRAGÉDIE

"Nous n'avons aucune intention de quitter l'euro", a-t-il toutefois assuré. "Nous ne ferons pas d'expériences avec l'avenir de notre pays."

"Nous avons évité le risque de banqueroute. La situation, en dépit de la tragédie, est contenue", a-t-il ajouté.

Elu le 24 février après avoir promis de négocier rapidement un plan de sauvetage, Anastasiades a dû accepter les conditions imposées par la "troïka" UE-BCE-FMI et l'Eurogroupe.

Le "bail-in", c'est-à-dire la mise à contribution des épargnants, traduit un changement de stratégie de la part des autorités européennes. Depuis le début de la crise, banques ou Etats avaient toujours été remis à flot avec l'argent des contribuables.

Les dirigeants européens affirment qu'il s'agit d'une solution exceptionnelle et nient toute intention de la transposer ailleurs, mais la question semble diviser.

Dès le lendemain de l'accord, Joeren Dijsselbloem, président de l'Eurogroupe, a estimé qu'elle pourrait faire école.

Ses propos ont suscité de telles réactions qu'il a dû faire marche arrière. Klaas Knot, gouverneur de la banque centrale néerlandaise, a néanmoins jugé que son compatriote n'avait pas vraiment tort.

"Ses propos se réfèrent à une approche qui est sur la table depuis un moment en Europe. Cette approche fera partie de la politique de liquidation européenne", dit-il vendredi dans les colonnes du Financieele Dagblad. Son porte-parole a confirmé l'exactitude de ses déclarations.

Henri-Pierre André et Jean-Philippe Lefief pour le service français, édité par Jean-Stéphane Brosse

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer