Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Le résultat net ajusté du groupe minier BHP en hausse de 26% sur l'exercice 2022
information fournie par AOF16/08/2022 à 09:55

(AOF) - BHP, le géant minier australien (-1,92% à 54,73 dollars), a fait état d'un résultat net ajusté en progression de 26% à 2,31 milliards de dollars américains pour l'exercice 2022, clos au 30 juin 2022. Cette bonne performance se reflète dans le bénéfice par action ajusté qui bondit lui aussi de façon significative (+25%) à 421,2 dollars. Son bénéfice d'exploitation s'élève à 34,1 milliards de dollars, soit une hausse de 34% par rapport à l'année précédente. L'Ebitda s'élève à 40,6 milliards de dollars, avec une marge cumulée de 65% pour les activités poursuivies.

Le conseil d'administration a décidé de verser un dividende final de 1,75 dollar par action, soit 8,9 milliards de dollars, qui comprend un montant supplémentaire de 0,60 dollar par action (équivalent à 3,0 milliards de dollars) en sus de la politique consistant à verser au moins 50% de ses résultats.

" La situation financière de BHP en 2023 se présente sous de très bons auspices sur le plan stratégique, opérationnel et financier. Le groupe est bien préparé pour gérer un environnement incertain à court terme. Nous nous attendons à ce que la Chine apporte de la stabilité en matière de demande de produits de base dans les années à venir, avec un soutien politique qui s'installe progressivement. Dans le même temps, nous prévoyons un ralentissement des économies avancées avec le resserrement de la politique monétaire, ainsi qu'une incertitude géopolitique et des pressions inflationnistes croissantes.", a déclaré le directeur général du groupe Mike Henry.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Menace sur le système énergétique européen

Premier importateur de gaz allemand, Uniper affiche 54 % des volumes qu'il achète en provenance de Russie. Suite à la guerre en Ukraine, le groupe doit acquérir les volumes qui lui manquent sur le marché au comptant, dont les prix ont explosé. En difficulté, il a sollicité une aide de l'Etat allemand, ce qui fait peser des inquiétudes sur l'ensemble des énergéticiens européens. Néanmoins l'allemand RWE et le français Engie ont réagi en faisant valoir que leur situation était très différente. RWE a souligné qu'il était moins dépendant du gaz russe. Quant à Engie, il bénéficie de la diversification de ses sources d'approvisionnement, avec une augmentation des volumes de GNL livrés en France et des contrats avec la Norvège et l'Algérie. Par ailleurs le groupe a adapté sa stratégie de couverture pour renforcer sa résilience.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.