1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le rapport qui fait peur aux collectivités locales
Le Parisien22/03/2014 à 10:04

Le rapport qui fait peur aux collectivités locales

Les pères de la décentralisation devraient se retourner dans leur tombe. Le rapport -- d'étape, au stade actuel -- a été remis en toute discrétion le 3 mars à l'Elysée. Sous l'appellation volontairement technocratique « Pour une maîtrise collective des dépenses publiques », il dissimule en fait une petite bombe politique qui risque, si ses conclusions sont retenues par le président de la République, d'entraîner un bouleversement radical du fonctionnement des communes, des départements et des régions ainsi que leur relation avec l'Etat. Le contexte est sans surprise : pour casser la spirale infernale de notre endettement, le gouvernement, pressé par Bruxelles, est à la recherche de 50 Mds? d'économies d'ici à 2017. Un effort à partager entre l'Etat, la Sécurité sociale et les administrations locales.

Toucher au pouvoir des élus, un jeu dangereux

Les propositions évoquées dans le rapport sont sans précédent. Elles enferment les collectivités dans un double carcan. Tout d'abord, un gel en valeur de leurs dépenses jusqu'en 2017, ce qui signifie (compte tenu de l'inflation) une baisse de leurs interventions. Du jamais-vu ! Et de l'explosif puisque le personnel, les investissements et surtout certaines aides sociales, tout sera passé au rabot. Encore plus inédit, si l'engagement n'est pas respecté, les maires, notamment, perdront toute maîtrise de leur budget, ils se verront interdire toute augmentation des impôts locaux et seront mis sous tutelle de l'Etat.

« Ce serait une attaque en règle, réagit vivement un élu local. Car la nature même de la décentralisation serait altérée et la Constitution bafouée. » Pas de doute, en effet, que l'entrée en vigueur de telles dispositions nécessiterait une révision constitutionnelle. Députés et sénateurs, pour la plupart élus locaux, accepteraient-ils de se faire hara-kiri ? Ce n'est pas « voté » d'avance.

Les deux rapporteurs de ce document encore ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

8 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • HP271279
    26 mars21:50

    c'est pourtant simple, ce qu'il faut faire, c'est écrit noir sur blanc, on lui tend le rapport ! c'est bizarre que l'Elu à la tête de notre très cher Etat Providence Républicain Laïcisant Socialiste Français ne voit pas ce qu'il faut faire ! il préfère casser du sucre sur le dos de son prédécesseur (qui n'a rien fait de phénoménal dans ce sens non plus, j'avoue), c'est plus simple !

    Signaler un abus

  • duine
    26 mars15:49

    temps qu'on aura le capitaine de pédalo au pouvoir et son pote Rebsamen (cumulard né), on est mal barré.Dès que je le vois ce rebsamen, j'ai envie de vomir.

    Signaler un abus

  • paulritz
    26 mars12:57

    chiche........(mais faut pas rêver )

    Signaler un abus

  • TL70190
    26 mars12:44

    les places sont trop bonnes et bien au chaud la situation va perdurer autant que dureront leurs mandats

    Signaler un abus

  • mcarre1
    26 mars00:07

    et se passer de certains administratifs qui n'en rament pas une dans certains services de mairies et de ministères.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer